Archives

Tous les articles du mois de septembre 2015

Moi et ma tante Violette Désirée

Publié 27 septembre 2015 par Sharon et Nunzi

J’aime beaucoup ma tante Violette Désirée, en dépit du petit incident de la semaine dernière (ou comment j’ai fini le popotin dans la gamelle d’eau).

Ma tante aime inspecter l’intérieur des bibliothèques, quand elle n’est pas sur le canapé :

De temps en temps, elle aime manger dans les gamelles de croquettes – et j’aime me manifester au même moment :

Je reste néanmoins très sereine et vous souhaite un bon dimanche :

Les vacances de Percy McKellen – lettre à Guillaume

Publié 26 septembre 2015 par Sharon et Nunzi

Cher Guillaume,

Je passe de très bonnes vacances chez ma chère cousine Wilma. Chez Wilma, tout va bien : pas un vampire, pas un loup garou, pas de zombie (normal, il n’existe pas), juste une vingtaine de fantômes qui se promènent sereinement sans nous importuner.

Comme d’habitude, la chaudière est en panne. Mais, en Ecosse, on se préserve plus facilement du froid que de la chaleur. L’été dernier, Flap-Flap (un des staff de Wilma) a eu un coup de chaud après une promenade (l’écossais, comme le breton, fond à partir de 24 °). N’écoutant que sa terreur et son sens de l’économie, Giles (le mari de Wilma) a aussitôt plongé Flap-Flap dans l’aquarium qui orne le hall. Figure-toi que Bulle, Bulette, Bubulle et Bubullette, les quatre poissons rouges, ont failli cuire ! Du moins, c’est ce qu’affirme Giles.

Je ne me lasse pas de nos deux heures de promenade matinale en voiture – Wilma possède une très belle écurie de voitures à pédale. J’adore me prélasser sur la terrasse, avec deux couvertures, et regarder Machin, Chose et Truc, les trois moutons, tondre la pelouse. Ecologique et pratique, même si parfois Giles se trompe de nom.

-Truc ! Arrête tout de suite de grignoter ce buisson !
– Tu t’adresses à Chose, en ce moment.
Les enfants de Wilma se portent bien, j’ai surtout vu son fils, sa fille est toujours en train de manifester quelque part, pour des causes parfois hautement farfelues.
Je serai de retour au Tas de Pierre en fin de semaine prochaine.
A bientôt
Perceval James Andrew McKellen.

a Nina moutons écossais de printemps

Pendant ce temps, au tas de Pierre

Publié 19 septembre 2015 par Sharon et Nunzi

IMG_1399Vacances, j’oublie tout !
Perceval bouclait ses valises. Oh, il n’allait pas loin non. Il partait dans les Orcades, chez sa cousine Mary Wihelmina (que tout le monde appelait Wilma, fort heureusement). Elle était légèrement excentrique. Son mari aussi. Ses deux enfants également.
Il laissait le château à son fils Alexander qui avait bien besoin de repos.

-Officiellement, je suis architecte d’intérieur, dit Alex, et mon dernier chantier portait bien son nom. Mis à part tout foutre par terre et tout reconstruire, je ne voyais pas ce que je pouvais faire pour Fabrice, un collègue de ma cousine Imogène qui n’a pas eu la main heureuse dans son achat. Officieusement, je suis chasseur de fantôme comme mon père et conseiller conjugal pour vampire. Je manque cruellement d’expérience pour des gens qui sont en couple depuis deux cents ans. Là, plus de chantier et surtout, plus de consultation.

Croyait-il.

Jour 1 :

-Fabrice, d’où appelles-tu ? Des urgences !!!! Tu as démoli ta cheminée toi-même et tu te l’es prise sur la tronche !* Je me doute que cela fait mal. Oui, tu me rappelles dès que tu sors.

– Demétra, ou quel que soit votre vrai nom, je suis en vacances ! Puis, vous êtes un vampire, cela fait cent vingt ans que vous êtes en couple, il n’y a peut-être pas urgence, non ? Si ? Prenez tout votre temps pour venir en Ecosse !

-Jonathan et Jaimie, cela faisait longtemps ! Pas assez à mes yeux. Jaimie a renoué avec l’ex que vous aviez empalé avec le sapin de Noël ? Ce que j’en pense ? Nous, en Ecosse, on lance des troncs d’arbre, pas des sapins ! Essayez de discuter avant de frapper, ce sera mieux. Pour tout le monde.

– Je suis ravi d’avoir été chaudement recommandé mais là, je suis en vacances. Oui, je peux vous prendre dès mon retour, pas de soucis.

*anecdote authentique.

 

Journal d’une louvetelle garou II

Publié 18 septembre 2015 par Sharon et Nunzi

Jeudi 17 septembre :

Je suis à l’infirmerie : je tiens à la patte à Anatole Sganou. Le pauvre  ! Je le plains !
En fait, non, je ne le plains pas. Il vient de passer tout l’été avec ses parents, ses quatre frères, et il n’a rien remarqué ! Non, je ne parle pas non plus des fiançailles de son frère aîné – les deux premiers rejetons Sganou sont des loups garous de première catégorie – non, je ne parle pas non plus de la crise qu’a traversé la meute de l’Est pendant un mois. Non, je parle du fait que ni Anatole ni Valère ne se sont aperçus que leur mère attendait des louveteaux pour Noël ! Ne pas être observateur à ce point, c’est rare !
– C’est une excellente nouvelle ! s’était exclamé Soliflore, ma soeur aînée.
Bien sûr que c’était une excellente nouvelle. Une meute forte est une meute nombreuse – et tant pis si elle est remplie de petits Valère Sganou. D’un autre côté, Anatole ne peut ignorer que sans son frère, il n’aurait peut-être pas été secouru si rapidement – ni même secouru du tout. Valère sera sans doute un excellent atout pour la meute – les combattants retors servent toujours.
Sinon, le pensionnat est très calme. Oncle Dempsey ne s’est toujours pas remis de son duel contre le pricipal Gaël de Nanterry. Physiquement, il est indemne. Moralement, ce n’est pas cela du tout. Il faut dire que s’évanouir de trouille avant même que le combat ne commence et mettre deux heures à sortir du potage ne sont pas des faits d’armes très glorieux.
@bientôt
Gentiane du Coussinet Tordu.IMG_1384

Toujours le pensionnat des louveteaux

Publié 17 septembre 2015 par Sharon et Nunzi

Tout va bien au pensionnat des louveteaux, tout va bien, tout va bien, se disait Alex, le CPE, en arpentant les couloirs. Tour va bien au pensionnat des louveteaux se répétait-il. Monsieur Tankadère, une fois arrivé au Japon, leur avait envoyé une jolie carte postale. Il enseignait dans un établissement normal, avec des collègues en chair et en os, ô joie !

– S’il n’y a que cela pour lui faire plaisir, avait dit madame Lecerf, je propose que l’on ressorte Samo !

Ancien collègue d’SVT, Samo avait demandé, après sa mort, à rester au collège en tant que squelette. Malheureusement, les élèves l’avaient « reconnu » à cause de ses doigts déformés si caractéristiques. Il avait donc fallu le ranger au placard – et personne ne devrait être dans un placard.

Tout va bien au pensionnat des louveteaux. D’ailleurs, Alex avait accueilli le nouveau collègue, Silas Chépukoi, à bras ouverts – avant de s’aviser qu’il était gay, et que même si Alex n’avait rien contre les gays, ce n’était pas une raison pour lui faire un gros câlins !!!!

Tout va bien au pensionnat des louveteaux. Tandis que Silas rangeait ses cours dans son cartable, une voix retentit :
– Dites-lui qu’on l’a remarqué distingué, dites-lui, qu’on le trouve aimaaaableuh….

Madame Jofrette, dans ses oeuvres vocales. Cela faisait… longtemps. Très longtemps. Depuis, en faite, que monsieur Georges, son mari, était parti faire le tour du monde. Il n’avait pas souhaité rempiler dans l’éducation nationale, comme il l’avait souligné, aucune loi ne forçait les fantômes à travailler, ce qui était encore heureux, il comptait donc profiter de sa mort : les voyages forment les fantômes et madame Jofrette n’était pas jalouse. Cependant, dès qu’il était de retour, c’est à dire très souvent (le tour du monde, oui, mais par étapes), madame Jofrette se transformait en diva excentrique, en Bianca Castafiore fantomatique et entonnait des airs d’autrefois.

Tout va bien au pensionnat des louveteaux….
– Anatole Sganou est à l’infirmerie !
Et bien en fait, non. Tout ne va pas bien au pensionnat des louveteaux.a Nina louve et ses 4 petits !

La rentrée au pensionnat des louveteaux – II

Publié 16 septembre 2015 par Sharon et Nunzi

Un nouveau professeur a disparu du pensionnat… A moins qu’il ne se soit enfui !

– Il ne faut pas exagérer ! s’exclama le CPE, on n’est pas si horrible que cela !
– Je confirme, dit Gaël de Nanterry, principal intérimaire qui pourrait bien être nommé à titre définitif (entre deux consultations en tant que vampirologue et lycanthropologue). Reste à savoir ce qui lui est arrivé.
– Trukenski est sur le coup (note : prof d’EPS très balaise).
– S’il a peur, je ne crois pas que cela le fasse revenir.

Le soir, il fallut bien reconnaître que de Martial Tankadère, il n’y avait pas de trace.

– Et vous êtes sûr qu’il était là ce matin ?
– Absolument certain ! La dernière fois que je l’ai vu, j’étais en grande conversation avec madame Joffrette.

Aïe. Madame Joffrette était sympathique, compétente, d’un sérieux à tout épreuve. Les élèves l’appréciaient beaucoup. Le seul et unique problème est qu’elle était, avec madame Alma, l’une des deux professeurs fantômes de l’établissement.

– Que voulait-elle ?
– Elle m’a demandé si elle pouvait laisser les fenêtres de son tombeau ouvertes en permanence, du moment que les volets étaient fermés. Elle m’a expliqué qu’elle a besoin d’air dans sa crypte.
– Vous voulez dire, sa salle de classe ?
– Exactement !

La salle de classe de madame Joffrette, qui devait son prénom au fait d’être née en 1916, était sise au second étage… juste à côté de la salle qui avait été attribuée à monsieur Tonkadère. Serait-ce le début de la solution ?

Et bien, oui : les louveteaux, c’était déjà moyen. Les fantômes, c’était trop. Le tout nouveau et frais collègue avait donc demandé à changer de poste « pour son bien-être et sa santé morale ». Qu’à cela ne tienne : on lui avait trouvé un remplaçant.

– Si c’est une blague, elle n’est pas drôle, commenta Gaël.
– Un trollogue (note : spécialiste des trolls) peut être un bon professeur.
– Vous avez la mémoire courte, mon cher – le ton monta insensiblement. Le CPE fouilla dans sa mémoire et…
– C’est lui qui a supervisé les travaux du collège.
– Oui.

Soudain, la lumière jaillit.
– C’est .. euh… votre ex.
– Oui. Je vous rassure. Contrairement à votre ex à vous, il ne me cassera pas une chaise sur le dos. Je ne me disputerai même pas aussi fort que la dernière fois. Après tout, je suis quasiment sur qu’il a un nouveau compagnon – lui.

IMG_4447