Archives

Tous les articles du mois de juillet 2016

Galopin va bien

Publié 30 juillet 2016 par Sharon et Nunzi

Lisette aime toujours beaucoup Galopin, c’est une certitude. Mais, vu le grand âge de Galopin – 22 mois – il aime avait tout son confort et sa tranquillité, alors que Mirabelle, elle, préfère jouer, comme le prouve la photo ci-dessous.

Pendant ce temps, Galopin peut donc goûter un repos bien mérité sur son coussin, il n’est plus obligé de se réfugier au sommet de l’armoire. Note : Lisette a le même coussin, et Galopin le lui emprunte de temps en temps. Quand Lisette n’est pas là, Galopin dort.

Bon samedi à tous !

Retour au Tas de pierre – V

Publié 28 juillet 2016 par Sharon et Nunzi

Percy avait oublié qui était Antoine. Et, pour être honnête, Guillaume ne pensait pas à lui tous les jours.

L’aube s’était levée. Guillaume descendait lentement les escaliers de l’hôpital et sortit sur le parvis. IL avait envie subitement de s’allonger par terre et d’attendre – un peu – que cette immense sensation d’inutilité qui l’avait envahie au chevet d’Antoine le quitte.
Antoine, condamné à un certain nombre d’années de prison pour tentative d’homicide, avait tenté de mettre fin à ses jours et y était quasiment arrivé. D’ailleurs, les jours à venir seraient décisifs. Guillaume avait déjà entendu ce discours, une dizaine d’année plus tôt, sauf que c’était lui qui était dans le lit, qu’il n’en avait vraiment pas fait exprès d’être blessé – et qu’il n’était pas censé entendre ce qu’on lui avait dit.
Antoine n’avait pas de famille. Pas de frère, pas de soeur. Plus de parents. Plus de compagne.
Et lui, Guillaume Berthier.
Guillaume Jean Vladimir Berthier, fils de Marina Berthier qui a eu le bon goût de l’adopter alors qu’elle était célibataire. Une soeur de quatre ans sa cadette, Juliette Marina, libraire. Une fille, Victoria. Peut-être bientôt un autre enfant avec Alice, sa fiancée, archiviste. Alice l’avait en effet demandé en mariage quelques jours plus tôt.
– Logiquement….
– Logiquement, c’est l’homme qui demande la femme en mariage, je sais, Guillaume. Si je devais attendre que tu te décides à demander ma main, pour utiliser cette expression désuète, je pourrai attendre dix ans. Et je ne suis pas ce genre de femme, qui attend que l’homme qu’elle aime cesse de tergiverser. Donc, Guillaume Berthier, voulez-vous bien être mon mari ? Et cette fois-ci, je veux une réponse.
Il avait dit oui – et les invitations avaient été postées. Hectoria l’avait à moitié étouffée dans ses bras en apprenant la nouvelle, et lui prêtait même gracieusement l’Orangerie pour cette grande occasion, Imogène avait manifesté sa joie de manière à le rendre presque sourd. Juliette avait achevé le travail.

Le soleil était levé. Guillaume repartit vers le centre de formation. Encore deux mois et demi pour transformer les recrues en policier. Après, soit il restait formateur, soit il reprenait son poste à la criminelle. Il ne savait plus de quoi il avait réellement envie.

Une pro de la grimpe

Publié 27 juillet 2016 par Sharon et Nunzi

Bonjour à tous

Mirabelle prend goût à son griffoir, elle développe un véritable goût de l’escalade.

Elle vous souhaite d’ailleurs bien le bonjour.

Bon mercredi à tous !

Edit de 17 h 44 : Mirabelle est montée sur la table, jusqu’au sucrier, en fait. Mirabelle a eu la frousse, le sucrier va bien.

Mirabelle aime le sport

Publié 26 juillet 2016 par Sharon et Nunzi

Nous avons réussi à détourner Mirabelle de la télévision. Ce fut simple comme un griffoir.

Au début, c’est vrai, Mirabelle semble assez timide, elle cherche ses marques. Très vite, pourtant, nous nous aperçûmes que son nouveau jouet lui plaisait.

Il lui plaisait même beaucoup !

Bon mardi à tous !

Retour au Tas de Pierre – IV

Publié 25 juillet 2016 par Sharon et Nunzi

Il n’était pas loin de six heures du matin quand le téléphone retentit – et Perceval désespérait vraiment de dormir.
– Guillaume, comment allez-vous ? Non, Guillaume, cela ne peut pas être pire que moi. Le père de James est en prison, il s’accuse d’avoir tenté de tuer la copine de son fils, et il a exprimé le regret de l’avoir ratée. Et je vais devoir le lui annoncer avec ménagement demain matin.
A l’hôpital ? Est-ce vous, Alice ou… C’est qui, Antoine ? Oui, et bien, je ne peux pas me souvenir de tout. (Percy poussa un juron bien senti). Ah, oui, ce n’est… pas mieux. Mais pourquoi est-ce vous qui avez été prévenu ? Parce qu’il n’a aucune famille ? Oui, c’est… triste, vraiment triste.

Si nous étions dans une série télévisée, ce serait à ce moment que surgirait James et apprendrait ainsi que son père venait de passer sa première nuit en prison. Non, James ronflait dans la chambre d’ami – et l’aube pourrait apporter une bonne nouvelle. On ne sait jamais.

Les chatons doivent être éduqués.

Publié 21 juillet 2016 par Sharon et Nunzi

C’est même une nécessité.
Je ne vous parle pas de l’apprentissage de la propreté, Mirabelle maîtrise parfaitement.
Trouver les gamelles de nourriture et d’eau, aussi.

Il est un sujet sur lequel il faut être ferme : la télévision.

Il n’est pas bon pour un chaton de regarder la télévision de trop près, ou trop longtemps. Moi-même, la première fois que j’ai regardé la télévision, et bien j’étais aveugle. Nous avons donc pris une mesure éducative drastique : confisquer la télécommande. Il aurait simplement fallu qu’elle ne la trouve pas.

Bon jeudi à tous !

Retour au Tas de pierre III

Publié 20 juillet 2016 par Sharon et Nunzi

James, genre de Percy et mari d’Elinor, est venu à Kellen Castle parce qu’on a tenté de tuer la jeune femme qu’il aime, Camille. Et Percy, tout en se disant que son gendre avait une vie sentimentale compliquée, lui promet de l’aider.

Perceval avait expédié son ex-futur gendre au lit – sans l’assommer cette fois-ci. Il se préparait à une longue nuit de cogitation et de cuisine. C’était parti pour un pain d’avoine, des shortbreads et un carrot cake – ainsi qu’une assiette de porridge, il avait un petit creux.

Purée, il avait attendu plus de soixante ans pour être confronté à la violence. D’abord l’an dernier, quand Guillaume s’était fait tirer dessus par un chasseur de vampires, et aujourd’hui, avec la…. comment la qualifier ? La compagne du futur ex-mari de sa fille.  Oui, je vous entends : la vie d’un chasseur de fantômes participant aux Highlanders Games depuis des décennies n’est pas exempte d’épisodes difficiles, seulement personne n’avait tenté de le tuer, personne n’avait tenté de tuer un de ses proches. Aucun écossais n’avait envie d’avoir un fantôme vengeur chez soi – et la vie est bien trop courte pour l’ôter à quelqu’un.

Le téléphone sonna. Perceval fronça les sourcils : un appel à trois heures du matin n’est jamais une bonne nouvelle.
– Philippe de Nanterry.
Percy se souvenait très bien de lui – avoir une bonne mémoire, c’est casse-pied, parfois.
– Cet abruti de James serait-il chez vous ? Il est deux heures du matin, et …
– Il est là, et ses capacités à exaspérer la terre entière sont bien vivaces.
– Pouvez-vous lui dire que l’état de Camille n’est plus jugée critique ? Pour faire court, elle est tiré d’affaire mais la convalescence sera très longue – très. Et que quelqu’un s’est livré à la police en affirmant être l’auteur du coup de couteau.
– Ce n’est pas parce que quelqu’un prétend être coupable qu’il est coupable ? grommela Percy.
– Nous pensons la même chose, conclut Philippe.