Chevalier dragon

Tous les articles de la catégorie Chevalier dragon

Des nouvelles des chevaliers dragons II

Publié 22 août 2017 par Sharon et Nunzi

Gentiane avait pu être ramenée chez le chef d’escadre, sous l’escorte attendrie de Léo (une louvetelle, c’est fragile) et d’Axelle, la kiné qui avait déjà mis au point le programme de rééducation chevalière/dragon.
– Je suis tout de même un peu inquiète, elle dort depuis seize heures.
– C’est normal, répéta Léo. La régénération, c’est long.
– Oui, mais, tout de même ! A sa place, j’aurai déjà mangé deux/trois gâteaux au chocolat, bu un litre de thé, deux litres de café et j’aurai fait des pauses pipi conséquentes !
Axelle, le chat noir ou « je suis brute de décoffrage ». Léo lui expliqua le principe du ralentissement du métabolisme pendant les phases où le corps du loup se concentre sur la guérison.
– Les dragons, ce n’est pas du tout pareil ! Boulduc s’est froissé une épaule, et pas mal d’écailles, il n’est pas prêt de revoler, déjà quilest un peu une catastrophe à écailles. Les frères Dacier, ou monsieur Saint-Georges vous ont raconté son histoire ?
– Non.
– C’est éclairant ! En fait, il est issu d’un oeuf trouvé au milieu de la dragonnière – la pouponnière des dragons, si vous préférez. Il était là, tout seul, comme un oeuf abandonné – ce qu’il était – et aucune dragonne n’était près de lui, aucune ne le couvait, aucune ne le revendiquait. Heureusement qu’un oeuf de dragon n’a pas besoin d’être couvé en permanence, parce que sinon, pas de Boulduc ! Donc, il a été mis en couveuse jusqu’à son éclosion. Quand il est sorti de sa coquille, les soigneurs ont bien vu qu’il était déjà à l’ouest. Il a même failli s’appeler comme ça ! Là encore, aucune dragonne ne l’a revendiqué. Jules Dacier a émis l’hypothèse que sa mère avait peut-être pondu deux oeufs, et qu’elle en avait négligé un. Nous avons donc cherché un jumeau ou une jumelle à Boulduc – que dale.
– Les jumeaux peuvent ne pas se ressembler, croyez-moi. Erik, la patte droite particulièrement belliqueuse de notre actuel alpha, a une soeur jumelle qui est une omega, la douceur même. C’est aussi une ex-catastrophe sur pattes, grommela Léo, évitant de se remémorer certains souvenirs.
– Ah, c’est comme moi alors ! Elle tira la manche droite de son pull, montrant une vaste cicatrice. Celle-là, c’est quand l’étagère de la dragonnière m’est tombée dessus – Owen se croit bricoleur, il l’avait mal fixée, j’en suis la preuve vivante à 98,9 %. Celle-ci, elle exhiba son bras gauche, c’est quand j’ai rattrapé Boulduc lors de l’une de ses premières tentatives de vol alors qu’il tombait de l’armoire. J’ai aussi des brûlures aux chevilles, à cause d’un accident de pompe à café, sans oublier cette armure qui a dégringolé sur moi alors qu’Hepzibah Saint-Georges était en train de la rénover.
– Ah, la dragonne.
Axelle ne sembla pas offusquer par ce surnom, appliqué à la femme du chef d’escadre.
– Hepzibah a complètement l’esprit dragon. La surnommer ainsi, pour elle, c’est un compliment. Oh ! Je crois que Gentiane se réveille.

Publicités

Des nouvelles des chevaliers dragons

Publié 14 juillet 2017 par Sharon et Nunzi

C’est l’été. C’est aussi l’occasion de renouer avec les écrits, et de donner quelques nouvelles des chevaliers dragons. Ceux-ci retiennent contre leur gré Léo, ancien loup garou alpha de la meute, et Gentiane du Coussinet Tordu, qui a « fusionné » avec Boulduc, dragonneau un peu incontrôlable. Heureusement, Léo a réussi à renouer le « lien de la meute » et communique régulièrement (pas assez à son goût) avec Erik de Nanterry, bras droit de l’actuel alpha et père du principal du pensionnat des louveteaux. 

– Erik, ravi de savoir que vous me recevez parfaitement. Comme quoi, avoir été alpha, c’est utile.
Sérieusement, on va rester encore combien de temps ici ? Oui, Gentiane va bien, mais elle commence à avoir le mal du pays. Même les frères Sganou lui manquent, c’est dire.
Je ne pensais pas passer ma retraite d’alpha en tant qu’otage.
Oui, nous sommes relativement bien traités, mais tout de même ! Je préférerais être ailleurs, au soleil, à Tahiti, par exemple. Ou aux Seychelles. Oui, j’y tiens,à ma retraite au soleil.
Oui, nous sommes toujours logés chez le chef des chevaliers dragons. Il adore les dragons, il les aime tellement qu’il en a épousés une.
Mais non, pas un vrai. Sa femme…. Même la louve la plus caractérielle restera toujours en deçà de la charmante…Zut alors, à force de l’appeler la dragonne, j’ai oublié son prénom. D’ailleurs, ce n’est pas moi qui l’ai surnommé ainsi mais l’ensemble de l’escadre. C’est dire. Par contre, je me souviens du prénom du dragon du chef d’escadron : Chimney !
Atchoum ! Oui, j’ai le rhume des foins, les chevaliers dragons sont obsédés par les fleurs, surtout par les rosiers. Ils en plantent partout, et font même des concours : comment poser son dragon sans abîmer ses rosiers.
Je vous laisse, la dragonne nous appelle pour le dîner.