musique

Tous les articles de la catégorie musique

De la musique – Stevie Wonder

Publié 18 octobre 2017 par Sharon et Nunzi

Il est des personnes qui ne connaissent pas Stevie Wonder.

Ce sont des choses qui arrivent.

J’en profite donc pour vous faire écouter cette chanson :

Publicités

Un peu de musique – Ricky Martin

Publié 17 septembre 2017 par Sharon et Nunzi

Bonjour à tous
J’avais annoncé que je ferai un autre article musical, manière de reculer encore la rédaction des deux articles hommage à venir.
J’ai donc cherché une chanson à poster aujourd’hui, et après avoir réfléchi, j’ai pensé à celle-ci :

Le frère de Chablis s’appelait Ricky.
Bon dimanche à tous.

Hier, c’était la saint Georges

Publié 24 avril 2017 par Sharon et Nunzi

Et c’est une date que Sharon aime, puisque notre grande prédécesseuse à tous est née ce jour-là, en 1988. Elle était écaille de tortue et blanche, elle avait une soeur jumelle, un caractère dix fois plus affirmé que le mien et un parcours semé d’embûche. « Celle qui en revient », en 1992, a été portée disparue cinq semaines, elle avait perdu trois kilos à son retour, et même quand on a des réserves, cela fait beaucoup. Que lui était-il arrivé ? On ne le saura jamais, si ce n’est que la nuit de son retour, elle a hurlé dans son sommeil, et dut être apaisée dare-dare. Elle a survécu 11 ans à cet événement, avec énergie.

Donc, et parce qu’il y en a marre des disputes sur les réseaux sociaux, parce que tant qu’on est en vie, qu’on a un toit sur la tête, de quoi manger et qu’on est à peu près en bonne santé (n’est-ce pas Paprika ?), on peut tout de même être optimiste ?

Donc (bis), un peu de musique  :

Poésie du jeudi 3 novembre 2016

Publié 3 novembre 2016 par Sharon et Nunzi

Pour ce jeudi, je vous invite à lire et à écouter, après avoir hésité, Mathilde de Jacques Brel.

Ma mère voici le temps venu
D’aller prier pour mon salut
Mathilde est revenue

Bougnat tu peux garder ton vin
Ce soir je boirai mon chagrin
Mathilde est revenue
Toi la servante toi la Maria
Vaudrait peut-être mieux changer nos draps
Mathilde est revenue
Mes amis ne me laissez pas
Ce soir je repars au combat
Maudite Mathilde puisque te v’là
Mon cœoeur mon cœoeur ne t’emballe pas
Fais comme si tu ne savais pas
Que la Mathilde est revenue
Mon coeur arrête de répéter
Qu’elle est plus belle qu’avant l’été
La Mathilde qui est revenue
Mon coeœur arrête de bringuebaler
Souviens-toi qu’elle t’a déchiré
La Mathilde qui est revenue
Mes amis ne me laissez pas
Dites-moi dites-moi qu’il ne faut pas
Maudite Mathilde puisque te v’là

Et vous mes mains restez tranquilles
C’est un chien qui nous revient de la ville
Mathilde est revenue
Et vous mes mains ne frappez pas
Tout ça ne vous regarde pas
Mathilde est revenue
Et vous mes mains ne tremblez plus
Souvenez-vous quand je vous pleurais dessus
Mathilde est revenue
Vous mes mains ne vous ouvrez pas
Vous mes bras ne vous tendez pas
Sacrée Mathilde puisque te v’là

Ma mère arrête tes prières
Ton Jacques retourne en enfer
Mathilde m’est revenue
Bougnat apporte-nous du vin
Celui des noces et des festins
Mathilde m’est revenue
Toi la servante toi la Maria
Va tendre mon grand lit de draps
Mathilde m’est revenue
Amis ne comptez plus sur moi
Je crache au ciel encore une fois
Ma belle Mathilde puisque te v’là te v’là

Poésie du 20 octobre 2016 avec Brassens

Publié 20 octobre 2016 par Sharon et Nunzi

Pour ce jeudi, je vous invite à lire et à écouter cette chanson de Georges Brassens, « Mourir pour des idées ».

Mourir pour des idées, l’idée est excellente
Moi j’ai failli mourir de ne l’avoir pas eu
Car tous ceux qui l’avaient, multitude accablante
En hurlant à la mort me sont tombés dessus
Ils ont su me convaincre et ma muse insolente
Abjurant ses erreurs, se rallie à leur foi
Avec un soupçon de réserve toutefois
Mourrons pour des idées, d’accord, mais de mort lente,
D’accord, mais de mort lente

Jugeant qu’il n’y a pas péril en la demeure
Allons vers l’autre monde en flânant en chemin
Car, à forcer l’allure, il arrive qu’on meure
Pour des idées n’ayant plus cours le lendemain
Or, s’il est une chose amère, désolante
En rendant l’âme à Dieu c’est bien de constater
Qu’on a fait fausse route, qu’on s’est trompé d’idée
Mourrons pour des idées, d’accord, mais de mort lente
D’accord, mais de mort lente

Les saint jean bouche d’or qui prêchent le martyre
Le plus souvent, d’ailleurs, s’attardent ici-bas
Mourir pour des idées, c’est le cas de le dire
C’est leur raison de vivre, ils ne s’en privent pas
Dans presque tous les camps on en voit qui supplantent
Bientôt Mathusalem dans la longévité
J’en conclus qu’ils doivent se dire, en aparté
« Mourrons pour des idées, d’accord, mais de mort lente
D’accord, mais de mort lente »

Des idées réclamant le fameux sacrifice
Les sectes de tout poil en offrent des séquelles
Et la question se pose aux victimes novices
Mourir pour des idées, c’est bien beau mais lesquelles ?
Et comme toutes sont entre elles ressemblantes
Quand il les voit venir, avec leur gros drapeau
Le sage, en hésitant, tourne autour du tombeau
Mourrons pour des idées, d’accord, mais de mort lente
D’accord, mais de mort lente

Encor s’il suffisait de quelques hécatombes
Pour qu’enfin tout changeât, qu’enfin tout s’arrangeât
Depuis tant de « grands soirs » que tant de têtes tombent
Au paradis sur terre on y serait déjà
Mais l’âge d’or sans cesse est remis aux calendes
Les dieux ont toujours soif, n’en ont jamais assez
Et c’est la mort, la mort toujours recommencée
Mourrons pour des idées, d’accord, mais de mort lente
D’accord, mais de mort lente

O vous, les boutefeux, ô vous les bons apôtres
Mourez donc les premiers, nous vous cédons le pas
Mais de grâce, morbleu! laissez vivre les autres!
La vie est à peu près leur seul luxe ici bas
Car, enfin, la Camarde est assez vigilante
Elle n’a pas besoin qu’on lui tienne la faux
Plus de danse macabre autour des échafauds!
Mourrons pour des idées, d’accord, mais de mort lente
D’accord, mais de mort lente.