Archives

Tous les articles du mois de avril 2016

Deuxième lettre de Chablis à Paprika

Publié 30 avril 2016 par Sharon et Nunzi

Cher Paprika

ça va ? Ou plutôt « Chat va ? » Courage, plus que quinze jours de traitement. Crois-moi, c’est bien moins grave que cinq semaines de collerette, ce qui m’est arrivé il y a déjà quatre ans !
Je serai sympa, je ne dirai pas comment Sharon t’a surnommée depuis que tu as perdu la quasi-intégralité de ta fourrure. « Cela fait un genre », comme dit une amie de Sharon. « Comment va l’imberbe ? » demande un autre. »Et sinon, mis à part l’aspect esthétique, c’est grave ? » Bah… on ne sait pas encore. Il faut attendre.
Au bout d’une semaine de traitement, je n’ai pas vraiment l’impression que les poils repoussent – mais c’est peut-être simplement une impression ! Puis, Vitamine (qui me laisse enfin dormir tranquille) et Framboise sont toujours aussi proches de toi ! Il est vrai que maintenant, tu te réfugies sous les couvertures, comme Vitamine. Sharon envisage même l’achat d’un manteau si « cela » ne devait pas repousser. J’espère que tu n’arriveras pas là et que tu redeviendras roux comme avant. Je tiens à être le seul chat blanc de la maison !
Je te laisse, cher frère de lait de Nunzi, et te souhaite une prompte repousse.
Chablis.

La papatte de Paprika sur Venise, sa maman.

 

Aujourd’hui, c’est la saint Georges

Publié 24 avril 2016 par Sharon et Nunzi

J’en profite donc pour souhaiter, à des années de distance, l’anniversaire de mon illustre prédécesseuse, née le 24 avril 1988 et morte en 2003, après avoir eu une vie encore plus semée d’embûche que la mienne. Si, si, c’est possible parce que finalement, depuis ma dernière opération, ma vie est assez calme.

Nous avons en commun elle et moi d’avoir eu une opération « au ventre » avec complication. Trois mois de soin pour moi, trois jours incertains pour elle, et un même vétérinaire en commun.

Pour célébrer cette journée, pas de photos (Paprika n’est pas vraiment montrable, à croire qu’il veut être aussi blanc que Chablis) mais un peu de musique.

 

Les Plumes d’Asphodèle – 23 avril 2016

Publié 23 avril 2016 par Sharon et Nunzi

Voici ma participation aux Plumes d’Asphodèle. Les mots à placer étaient : Abeille, arabesque, ambre, arpenter, automobile, abricot, actif, azimuté, s’agenouiller, anamorphose, aimer, accroche-coeur, ajouter, affirmativement, approximatif, alléchant, ambiance, ahuri, agir, abreuver.

Perceval était en vacances, oui, en vacances, chez sa soeur Piper, en Normandie, et avait laissé la clef du Tas de pierre à Elinor et James, pour que ces deux ahuris décident enfin de l’avenir de leur mariage, dans une ambiance sereine et écossaise. Perceval, lui, se reposait vraiment. Entre deux épisodes d’Arabesques, il aidait sa soeur qui confectionnait d’alléchantes confitures d’abricot couleur d’ambre, s’agenouillait pour conter des contes approximatifs à  Sophia, Charisma, et Sorenza, ses petites-nièces, quand il ne relisait pas le dernier article écrit par ce cher Paul, Anamorphose des vampires.  Pendant qu’Arthur, son très actif beau-frère, rénovait une toute nouvelle mais antique automobile et que Winston, fidèle bouledogue complètement azimuté, s’abreuvait dans la gamelle des Terre-Neuve (la soif ne le quittait plus, ce pauvre petit, à croire que la Normandie l’asséchait), Percy arpentait le vaste jardin attenant à la maison, suivait le vol des abeilles, se disait qu’il ajouterait bien un ou deux pruniers dans le verger, sachant qu’une magnifique lignée de poirier parcourait le terrain de part en part et….
– Excusez-moi ….
D’où provenait cette voix ? Cela n’allait tout de même pas recommencer !
– Je suis coincé dans le poirier !
– Je le vois bien, mais qu’est-ce que vous foutez là ? Vous voulez cambrioler la maison de ma soeur ?
Percy se doutait bien que ce frêle jeune homme, à qui il ne manquait plus que des accroche-coeurs trempés dans l’eau des fontaines pour ressembler à un jeune premier, n’allait pas lui répondre affirmativement. Quand bien même, Perceval agirait en conséquence !
– Et bien, je voulais gagner le balcon là-bas, dit-il en désignant… et bien oui, un des balcons de la vaste façade.
– Jeune homme, il s’agit de la chambre de Toby, 33ans, ingénieur de son état.
– Ben justement…. Nous faisons de l’escrime ensemble et….
– Je ne veux rien savoir de plus ! Je fais chercher une tronçonneuse et vous faire descendre de là !

Il fait toujours froid en Normandie

Publié 21 avril 2016 par Sharon et Nunzi

Il paraît, du moins, si j’en crois la météo, qu’il fait presque beau l’après-midi. Pourtant, Vitamine semble toujours légèrement souffrir du froid. Je vous en apporte à nouveau la preuve en image.

Quant à Venise, elle commence un nouveau traitement contre son problème au sinus, et elle en a encore pour neuf jours. Quant à Paprika, si ses sinus vont bien, il a un léger problème pileux et ira chez le vétérinaire demain soir.

Bon jeudi à tous !

Dans l’antre des chevaliers dragons IV

Publié 19 avril 2016 par Sharon et Nunzi

Le dragon perdu a été retrouvé. Tout est bien qui finit bien, et même encore mieux.

Arthur venait tout juste de rentrer Tiffoune, le dragon à qui son maître manquait tant, dans l’enclos, qu’on lui apporta une très bonne nouvelle : on venait de capturer un loup alpha ! Il allait enfin leur révéler où se trouvait le petit dragonnien qui avait été kidnappé il y a bien trop longtemps déjà.
– Parfait ! s’exclama Arthur. Laissons-le mariner un peu, puis nous commencerons à l’interroger en douceur. Il finira bien par parler.
– Euh… en fait… il parle déjà.
– ?!?!?
– Il parle même tellement vite qu’on lui demande de faire des pauses.

Ahuri, Arthur se dirigea vers la salle d’interrogatoire dans laquelle l’ancien alpha de la meute du sud se montrait extrêmement volubile.
– Ouais, ils ne viendront pas me chercher, j’ai laissé un immense (il joignit le geste à la parole) papier précisant que, quoi qu’il arrive, il ne faut pas venir me secourir. Je suis à la retraite, je devrais même être aux Seychelles, à l’heure actuelle, si vous ne nous aviez pas attaqué il y a quelques temps, manquant de blesser gravement nos louveteaux. Je ne sais rien des systèmes de défense actuels de la meute, je ne sais rien au sujet de terres que nous vous aurions volées.
– Ce n’est pas le sujet, dit Arthur, fermement. Nous voulons savoir ce que vous avez fait du petit Arthur Machefer, que vous avez kidnappé il y a vingt-cinq ans.

Nous interrompons ce texte à cause d’une scène d’une grande violence qui s’est déroulée. La meute du Sud avait déjà été accusée de laxisme (ce que d’autres appellent « tolérance ») mais de violence sur enfant, jamais. Trois dragonniers, dont le chef d’escadre, apprirent à leur dépend qu’un ancien alpha sait se défendre.
– Finis de rire maintenant, dit Alexandre Alpha-Sud. Racontez-moi tout : je veux savoir qui vous a mis dans la tête qu’on avait enlevé ce gosse.

Dans l’antre des chevaliers dragons – III

Publié 17 avril 2016 par Sharon et Nunzi

Un dragon a disparu. Arthur, chef d’escadre, a demandé à Anthelme Dacier de prévenir la femme du dragonnier. Mais un événement imprévu change tout.

– Pourquoi un seul dragon a-t-il disparu ? Et non pas plusieurs ? demanda Jules Dacier, autant pour lui-même que pour Arthur.
– Anthelme a vérifié ?
– Je ne sais pas, bredouilla Jules, je crois que oui.
Il n’eut pas le temps d’en dire plus, Anthelme revenait déjà au pas de courses vers eux.
– Ce fut rapide ! s’exclama Arthur.
– Un concours de circonstances. Clotilde Machefer a appelé l’escadre et demande ce que Tiffoune fait dans son jardin. Elle reconnaît que cela part d’une bonne attention de l’avoir amené, qu’il a passé la tête par la fenêtre de la chambre et qu’Antoine a pu le caresser mais cela aurait été sympa de prévenir. Les rosiers sont tout plats. C’est un code ?
Pas vraiment non : les dragonniers de la famille Dubois aimaient cultiver leurs rosiers à leurs heures perdues. Et les rosiers blancs de Clotilde Dubois-Machefer étaient réputées dans toute la région – elle en avait même offert au vétérinaire de l’escadre qui en était ra-vi. Espérons qu’ils s’en remettront plus facilement qu’Antoine de ses dernières blessures.

Chablis et Vitamine s’entendent toujours très bien.

Publié 16 avril 2016 par Sharon et Nunzi

Cependant, même si Vitamine apprécie toujours autant la présence de Chablis, je crois qu’elle n’aime pas la température qui règne actuellement sur la Normandie.

Pourtant, il ne fait pas si froid que cela dans la maison. Allez comprendre le raisonnement de Vitamine….

Je me demande même si Vitamine n’essaierait pas de se camoufler. Reste à deviner pourquoi.

Bon samedi à tous !