Archives

Tous les articles du mois de mars 2013

Sharon va bien

Publié 30 mars 2013 par Sharon et Nunzi

Je sais ce que vous allez me dire : vous ne saviez pas qu’elle n’allait pas bien.

Ce ne sont pas les bons termes. Disons qu’elle avait du mal à se passer de l’oeuvre d’un écrivain, un certain Ken Bruen.

Ce n’est pas faute de lire d’autres auteurs, certains très bons. Il y avait tout de même une nostalgie et un gros manque. Elle avait tout de même lu et chroniqué huit de ses romans.

Bon. Aujourd’hui, Sharon est allée à Paris. Elle a vu l’exposition sur Murano, au musée Maillol. Elle a flâné dans un Paris gelé, elle a pris un muffin vanille/chocolat, un cappuccino.

Puis, elle est allée à WH Smith, librairie sise près des Arts Déco et qui a pour particularité de vendre des livres en VO, mais aussi du thé, des tisanes, des gâteaux, de la papeterie, etc, etc…. Bref, relire en VO est un vrai défi pour Sharon, car depuis le 22 octobre, elle n’y parvenait plus.

Elle a acquis un roman, et en a lu cinquante pages.

Le tout dernier livre non encore traduit en français (il est paru en 2012) d’un auteur irlandais.

Je vous laisse le découvrir :

S

Cours de sieste

Publié 27 mars 2013 par Sharon et Nunzi

Pendant que Framboise est soignée pour une allergie aux croquettes et rend visite au docteur B***, j’ouvre mes cadeaux d’anniversaire. Comme quoi, les intempéries ont entraîné des soucis, nos croquettes habituelles n’ont pas été livrées, et Framboise a perdu… beaucoup de poils.

Pendant ce temps, je profite de mon cadeau d’anniversaire : des cours de sieste illimité, avec Chablis. Voici quelques photos de l’événement.

Tout d’abord, je me prépare, pour le cours particulier :

S

Puis, je participe au cours : S

Peu de temps après; voici la fin du cours, qui aura duré quatre heures :

S

J’ai pris un nouveau cours aujourd’hui :

S

Je crois que je maîtrise bien le sujet.

Joyeux anniversaire !

Publié 24 mars 2013 par Sharon et Nunzi

Aujourd’hui est un grand jour : je fête mon anniversaire.

Mes frères aussi, je n’ai garde de les oublier.

Nous avons aujourd’hui trois ans.

Quand nous sommes nés, maman nous protégeait farouchement, mais très vite, mes frères manifestèrent des tendances à se promener hors de notre couffin de naissance (c’est maman qui avait choisi, le 24 mars 2010, de mettre bas à cet endroit).

WWL

Nous étions aussi parfois seuls, ce qui permettaient de nous prendre en photo :

WWLJe suis immédiatement reconnaissable, non ?

Voici maintenant mon frère Cacao, en photo avec Vanille, sa chérie : Cacao et VanilleMon frère Rodéo, avec notre tante : pixiz_513c4f82dd5d3Je n’ai garde d’oublier Mycroft, notre frère mort si jeune que nous ne possédons pas de photo de lui, et Fidélio, mort à sept mois d’une pneumonie :

Fidélio neige

Aujourd’hui est un grand jour

Publié 23 mars 2013 par Sharon et Nunzi

En effet, aujourd’hui est la veille d’un événement extraordinaire.

Non, pas le retour de Sharon du salon du livre sans avoir acheté de livres – elle en a acheté 17.

D’ailleurs, si elle pouvait garder les yeux ouverts le temps que je termine l’écriture de l’article, ce serait sympathique.

Demain, est un grand jour.

Je crois même que j’aurai le droit de faire un écart.

En attendant, voici un nouveau montage, avec Chanel chaton, ses filles Framboise et Tamara, Chanel encore avec son frère Watson  :

be98c2cc34a2de56d8b75ab510f32b3b

Le chemin parcouru

Publié 18 mars 2013 par Sharon et Nunzi

Sharon a cherché les anciennes photos – enfin, des photos datant de deux à trois ans.

On oublie facilement le chemin parcouru.

Sur cette photo qui pourra choquer certains, j’ai deux mois.

J’ai subi mes deux premières opérations.

Si ma patte a un beau pansement, c’est pour m’empêcher de m’arracher les fils.

Je n’étais pas très raisonnable, il faut bien le dire.

S

Quelle journée !

Publié 17 mars 2013 par Sharon et Nunzi

Il faut que je vous raconte. Ah ! ces jeunes !

Vous aurez compris, je ne parlais pas de Chablis. Lui, il va bien, il s’est promené ce matin, et depuis, il dort.

Voici sa photo du jour :

Chablis nounoursNon, je vous parle de mon fils, qui a un souci à l’oeil gauche, qu’il ne peut pas ouvrir – et je ne peux pas partager ma pommade avec lui, car la mienne est pour les muqueuses, pas pour les yeux. Bref, si son oeil ne guérit pas, je crois qu’il verra le docteur B*** rapidement. Ne me demandez pas de rester calme, sinon je vous raconte comment j’ai perdu les deux yeux en détails.

Maintenant, plus drôle :

les jumelles Tamara et Framboise se sont légèrement disputées. Très légèrement. Bref, ce fut le festival du poil arraché. Vainqueur : Tamara. Comme quoi, être la chouchoute de sa maman donne des réserves.

Edit de 16 h 40 : alors que la pluie tombe à verse, Fiston va mieux, il garde l’oeil ouvert même s’il coule encore un peu.

940985bd8ab7700dcb2df9cf56d10c72

Désir d’histoire : billet sans importance

Publié 14 mars 2013 par Sharon et Nunzi

DesMotsHistoireVoici ma nouvelle participation au défi d’ Olivia.

J’ai intitulé ce texte « billet sans importance » parce qu’il marque à mes paupières (je ne peux pas dire « à mes yeux « , ce serait absurde, n’est-ce pas ?) une pause entre deux segments des aventures de Guillaume et Imogène.

Là, nous quittons, un peu, le monde des vampires, Imogène se retrouve juste avec un adorable chaton qui louche sur les bras. Elle n’est pas dupe, elle sait que ce chaton est Rufus le maître vampire – il a même pratiqué une petite phlébotomie sur son bras gauche, afin de manifester sa véritable nature. Guillaume, lui, après des épisodes un peu flous, a repris du poil de la bête (non, ne détournez pas les yeux, il ne se transformera pas en loup-garou) et a l’intention de tout faire pour tirer son cousin de ce mauvais pas. Je ne vous cacherai pas qu’écrire cette enquête était l’idée initiale du récit nommé Guillaume Berthier, du policier à tendance comique. Il faudra un jour que je me demande comment j’en suis arrivée à une histoire proche de la fantasy – et ce n’est pas sans conséquence.

Alexander ? Je le laisse à Sharon. Sans le savoir, il est en train de participer à la naissance de la vampirologie et tandis que des vampires viennent pleurer dans ses jupes – pardon dans ses kilts – sa sœur, dont il ne peut voir les œuvres érotiques en peinture, est venue reprendre Sarah la Saint Bernard et lui annoncer qu’elle la lui confiera à nouveau lors de son prochain stage d’écriture. J’ai même cru entendre Alexander dire : « bon débarras » – en parlant de sa sœur, bien sûr. Il faut dire qu’il s’arrachait les cheveux pour tenter d’aménager convenablement la longère qu’elle avait acquise, dans un petit bourg de Normandie, tout près d’une rivière. Pas d’électricité, pas d’escalier intérieur, juste l’eau courante et un plan invraisemblable : « tu vas te régaler, mon petit frère adoré ».

Notons le courage du fier Alex : bientôt, les vampires se bousculeront à sa porte, pire que si le chemin qui menait à sa maison de campagne était une avenue, et il exercera cette activité sans avoir l’idée d’arrondir son compte en banque – la sécurité vaut mieux que des espèces sonnantes et trébuchantes. Puis, les chauve-souris humaines n’ont pas d’argent, ils n’en ont pas l’usage, ils se débrouillent très bien autrement.

Je vous quitte sur ses quelques mots. Si vous êtes attentifs, vous vous dites que je n’ai pas placé le mot « espérances ». Non, je ne triche pas, c’est simplement que ce mot « espérances » me fait irrésistiblement pensé à Espéranza, ma maman (Espérance en français), raison pour laquelle je me nomme Annunziata (annonciation). Comme toute blogueuse normalement constituée, j’écris sous un pseudo. Je n’ai pas envie qu’on interroge … mon vétérinaire.

Nunzi (1)