Archives

Tous les articles du mois de février 2022

Breaking news : Lisette

Publié 28 février 2022 par Sharon et Nunzi

Lisette a ce soir manifesté à deux reprises un très vaste mécontentement envers Galopin.
Elle lui a sans doute collé des baffes, en plus de lui avoir grogné dessus à plusieurs reprises.
La cause ? Galopin avait, semble-t-il, envie de jouer.
Enfin, de jouer…. Galopin est redevenu très en forme depuis son détartrage, et son jeu préféré implique la présence d’une femelle.
Lisette n’a pas apprécié du tout.
Elle est ensuite allée dormir auprès de Gardénia, qui a apprécié sa compagnie.
J’ajoute que Ruby a suivi la scène avec Lilas en étant elle aussi très étonnée.
Elle en a profité ensuite pour réclamer à la maman de Sharon… de quoi manger un peu. Il faut prendre les gens par les sentiments, et son GMA était bien palpable.

Je vous souhaite à tous une bonne semaine.

Publicité

Brushing spécial

Publié 27 février 2022 par Sharon et Nunzi

Bonjour à tous

Je tiens à dire que je vais bien – même si Sharon a été débordée aujourd’hui par des soucis personnels.

Je laisse la parole à Ruby Violetta. Heureusement que je ne vois rien, il paraît que son brushing laisse à désirer (une houpette au sommet du crâne, des touffes touffues derrière les oreilles, et des « trucs » emmêlés sur ses pattes).

ce matin, elle a tenté d’en faire un à Sharon. Celle-ci n’aurait pas dû détacher ses cheveux avant de se coucher…

– Alors… Je prends une mèche…. Je tire, je tire, je tire… et ébouriffe ! Je prends une seconde mèche, je tire, je tire, je tire … et j’ébouriffe ! Je prends une troisième mèche, je tire, je tire, je tire … et j’ébouriffe ! Tiens, elle vient de se lever, et elle me repousse. Je ne comprends pas ! Surtout, j’avais demandé l’aide de mes assistants, à savoir mon frère Onyx et mon cousin Canaillou. J’ai l’impression qu’on ne laisse pas mon talent naturel pour la coiffure s’épanouir totalement.

J’ajoute qu’elle a bien sûr raconté sa vie (normal) et attendu son double petit déjeuner (logique). Là, elle dort paisiblement au côté de son frère, tandis que quelqu’un joue avec une baballe à grelot que Sharon a retrouvé en faisant le ménage.

Bonne soirée à tous.

Edit de 21 h 28 : Ambre a décidé de faire un brushing à sa soeur. Parfois, il faut vraiment prendre les choses « en patte ».

Vous permettez ? C’est urgent !

Publié 25 février 2022 par Sharon et Nunzi

Bonjour à tous
Je vous rassure, je vais bien.
Galopin est bien remis de son opération – même s’il passe toujours un temps fou à se laver.
Il adore sa nouvelle couverture beige.
Cependant, Lisette, parfois, a du mal.

– Vous permettez ? C’est urgent ! Ouvrez-moi la porte de la cuisine. Merci !

Lisette est en effet le seul chat qui est autorisé à entrer dans la cuisine. (Je tiens à préciser que je ne vois pas l’intérêt d’aller dans cette pièce sans lit, sans banquette, sans canapé, sans arbre à chat). Elle y rentre, s’installe le plus souvent sur « son » coussin bleu, mis là expressément pour elle – puisqu’elle est la seule à avoir accès à cette pièce. Elle reste dans cette pièce entre dix minutes et une heure, puis elle demande à sortir. C’est le temps qu’il lui faut pour se ressourcer, être au calme, dormir – seule – puis retourner dans le salon. En général, un comité d’accueil chatonnesque l’attend devant la porte de la cuisine, et se demande bien pourquoi elle a ressenti le besoin de s’enfermer, ou plutôt de se faire enfermer seule. J’ajoute que Lisette peut rester dans la cuisine même quand Sharon mange – Lisette n’est pas là pour manger, mais pour se reposer.

Bonne journée à tous.

Breaking news : Ruby

Publié 18 février 2022 par Sharon et Nunzi

– Galo ? (diminutif de Galopin, vous l’aurez deviné).
– Mnouis Lisette ?
– Je sais que tu dors mais… ne pourrais-tu pas t’occuper de Ruby ?$
– Pourquoi ?
– Il paraît que c’est notre petite-fille.
– Je ne sais pas, je dors.
– Non, parce que là, elle fait une GMA. FAIS QUELQUE CHOSE ! FAIS LA TAIRE !

Contexte : il est 17 h 15, et je (=Sharon) ne sais pas trop ce qui est passé par la tête de Ruby mais elle s’est mise à pleurer au beau milieu du salon. J’ai donc dû la prendre dans les bras pendant un bon quart d’heure avant qu’elle ne se calme. Depuis, elle joue. Avant, elle dormait avec deux autres chats. Même le vétérinaire ne comprend pas pourquoi elle pleure puisqu’elle va bien.
Bilan : Galopin et Lisette ont bien été réveillés, eux qui dormaient paisiblement ensemble. Conséquence : Lisette est en train de se faire les griffes sur l’arbre à chat géant pendant que Galopin tente de se rendormir.

Grand écrivain, ça va ? partie 4

Publié 18 février 2022 par Sharon et Nunzi

– Illustre ?
– Oui, Percy ?
– Vous ne saurez jamais ce que Guillaume a trouvé dans la petite librairie dans laquelle il se rend.

Percy tendit à Illustre un court ouvrage nommé « Le roman des Flandrin ».
– Les Flandrin… La famille rivale des Liénart ?
– Exactement ! Je vous le prête, ou je vous le résume.
– Quand j’écris, j’ai la flemme de lire, sauf des documents dont j’ai besoin pour écrire.
– Pour résumer, l’auteur raconte du point de vue Flandrin tout ce que nous savons du point de vue Liénart. La différence ? Ils affirment que Charles-Marie Liénart a bien tué le notaire Flandrin, même si, je cite, il ne sait pas comment le médecin a pu s’y prendre, et encore moins quel mobile il a pu avoir. De même, il ne comprend pas – l’auteur toujours – pourquoi Charles-Marie Liénart a rompu, alors que s’il avait tué beau-papa pour hériter plus vite, c’était plus simple ?
– Et pour Jules Flandrin fils ?
– Là, l’auteur, Cédric Poujart, pour le nommer, sèche complètement et ne voit pas pourquoi, si ce n’est une haine viscérale des Flandrin. Il pense même que Charles-Marie Liénart aurait pu payer un tueur.
Un grand éclat de rire retentit. Oui, le fantôme de Charles-Marie Liénart s’était invité dans la pièce.
– Quel nigaud ! Pardon, excusez-moi, c’est trop drôle. Comme je l’ai toujours dit, à mes enfants, à mes petits-enfants, on n’est jamais si bien servi que par soi-même. Si j’avais vraiment, mais alors vraiment voulu tuer quelqu’un, je l’aurai fait moi-même.
– Philippe, votre petit-fils, dit exactement la même chose.
– Il a bien retenu mes leçons. Désolé de m’être immiscé dans la conversation. Pure curiosité : le cher homme n’a tout de même pas tenté de réhabiliter Elisabeth Flandrin.
– Si.
– Il faut être gonflé pour cela.
– La rengaine habituelle : nous ne savons pas ce que nous aurions fait à sa place.
– Moi si : je n’aurai sans doute pas été résistant, parce que trop trouillard. Collaborer activement avec les allemands, certainement pas. J’aurai tenté de survivre, comme mes grands-parents à l’époque. Il parle aussi de Jeannette Flandrin ?
– Il affirme qu’elle est morte jeune dans un couvent près de Vernon, n’ayant pas pu se remettre du choc de la mort de son père et de son mariage raté.
– Quitte à écrire un roman, autant faire preuve d’imagination !

Galopin va bien – après son opération.

Publié 17 février 2022 par Sharon et Nunzi

Bonjour à tous

Galopin a eu les dents détartrées aujourd’hui. Il a donc subi une anesthésie. Je (=Sharon) l’ai porté ce matin à 9 h, je l’ai récupéré ensuite (enfin, après l’opération) et j’ai beaucoup marché en attendant – oui, je suis resté sur place.
Bilan : il voudrait bien savoir, pourquoi, à son réveil, Lisette tenait tant à jouer avec son appendice caudal ! Nanmého !
Il a également vomi deux fois, bien qu’il n’ait pas mangé depuis la veille au soir.
Il a cependant vomi dans le bac, ce qui est un bel effort.
Il a également uriné, ce qui est bon signe – Galopin a eu de gros problèmes de rein, six ans plus tôt.
Il a aussi réussi à monter sur l’arbre à chat, au troisième étage.
Il est présentement couché devant la télévision, sur la banquette, en compagnie de Canaillou.
Le Docteur B*** a dit que c’était un beau chat.

Bon rétablissement Galopin !

Grand écrivain, ça va ? partie 3

Publié 15 février 2022 par Sharon et Nunzi

– Alors Illustre, quoi de neuf ?
– J’ai fait mon cauchemar habituel cette nuit.
Le cauchemar habituel d’Illustre était très simple : sa maison d’édition le forçait à se relooker pour être présentable dans les émissions de télévision. Non qu’il ne le soit pas : simplement, un jean, un pull, et une coupe de cheveu intemporelle, cela n’était pas suffisamment glamour pour certains.
– Cela me rappelle une interview récente d’un chroniqueur musicale.
– Oui ! Note : l’on vend maintenant les livres comme l’on vend des paquets de lessive. Sauf que les vendeurs de paquet de lessive ont plus de moyens que nous.
Pour revenir à mon cauchemar habituel, cette fois-ci, ils faisaient fort pour le relooking. Je portai un pull à col roulé rouge, et un pantalon patte d’éléphant, le genre de vêtements qui aurait dû être interdit officiellement depuis la dissolution d’ABBA.
– Ils viennent de se reformer.
– Mince. Pour les vêtements, pas pour le groupe. Je devais ensuite participer en temps que juré à une émission nommée « The Books ». Quatre jurés – dans mon rêve, je ne sais pas qui étaient les trois autres – devaient écouter les débuts de romans d’apprenti romancier, et se retourner si ceux-ci leur convenaient. Ensuite, ils animaient des ateliers d’écriture jusqu’à la fin de l’écriture du roman. Soi-dit en passant, cela me semble presque plus reposant que d’écrire soi-même. Dit la personne qui entend bien terminer ses carnets bientôt.

Sharon a 44 ans !

Publié 14 février 2022 par Sharon et Nunzi

Ou, pour être précise, Sharon a eu 44 ans samedi.

C’est sans doute pour cette raison qu’elle a peu publié d’articles ce week-end.

Je ne vous montrerai pas son nouveau sac à main en photo (marque Paul M*** pour ceux qui connaissent).

Je ne vous montrerai pas l’ensemble pull/pantalon qu’elle a reçu, ou les chocolats, ou le gâteau, ou le roman policier dédicacé.

Non.

Quand le papa de Sharon est arrivé, il était très content, même si l’un des cadeaux qu’il apportait était encombrant.

Un arbre à chat aussi haut que Sharon, soit 1 m 60.

Vous pouvez voir sur la photo Onyx, Ambre, et plus bas Saphir dit Zéphir dit Bouffe-Tout.

Lisette a apprécié aussi.

Depuis samedi, en revanche, nous avons commencé à démonter l’arbre. La niche principale est en train d’être décousue, les trois pompons ont été arrachés et décousus soigneusement, les chatons jouent donc avec les balles « à nue ».

Je note aussi que Ruby aime à se coucher tout en haut de l’arbre à chat.

Elle a aussi découvert le pain d’épice qui avait été offert à Sharon. Je crois qu’elle le trouve un peu bourratif – après en avoir mangé cinq tranches. Nous espérons qu’elle va le digérer….

Bon lundi à tous.

 

Galopin en forme

Publié 10 février 2022 par Sharon et Nunzi

Bonjour à tous
Galopin, comme Lisette, a dû se faire à « une invasion de boules de poils particulièrement actives ».
Contrairement à Lisette, il n’a pas demandé de « compte » à Pompadour, ni de « contes » d’ailleurs, pour savoir comment Canaillou, Ruby, Ambre ou Gardénia étaient arrivés parmi nous. Il regarde cependant les journées très compliquées de Ruby, qui se réveille souvent en racontant sa vie :
Taper son frère ? fait.
Taper son frère ? Fait.
Taper son frère (oui, je sais, cela fait trois fois) ? Fait.
Faire un brushing à Canaillou ? Fait.
Trouver une place sur le lit pour dormir tranquillement ? En cours.
Galopin, lui, pendant ce temps, dort ou se fait beau. Bref, le gentil chaton affamé d’autrefois vieillit tranquillement.

Grand écrivain, ça va ? partie 2

Publié 10 février 2022 par Sharon et Nunzi

– Ouille.
Perceval s’arrêta de faire les comptes de la distillerie.
– Un souci ?
– Oui : le paysage littéraire français actuel qui baigne dans l’autofiction, si bien que les critiques, au lieu de s’intéresser à la qualité d’une oeuvre, à ce qu’elle apporte, se demandent ce qui est vrai, ce qui est faux.
Perceval ne put qu’être d’accord.
– En cette période de jeux olympiques, j’ai donc décidé de pratiquer aussi l’autofiction, en racontant mes exploits sportifs.
Perceval fronça les sourcils.
– Oui, je sais, je ne fais pas vraiment de sport, si ce n’est partir en courant quand je croise un vampire ou un loup-garou, mais ça, franchement, je ne peux pas le raconter. Par conséquent, je vais écrire ce que je sais écrire : l’infra-ordinaire, la banalité, les sportifs du quotidien. Non, pas ceux qui disent « demain, je m’y mets », mais ceux qui tentent, un peu, tous les jours, de faire du sport, modestement. Pour la « modestie », je ne vais pas non plus exagérer, et je ne vais pas considérer le fait d’aller chercher le courrier comme un exploit sportif – encore que…vu la distance entre la porte d’entrée du Tas de pierre et votre boite aux lettres, incluant la traversée de la cour, du pont, et du jardin, cela pourrait être considéré comme du sport.
– Je ne vous le fais pas dire, surtout par temps de pluie.
– Je pense à ceux qui marchent un peu, quelques kilomètres, tous les jours, ceux qui vont à la piscine pour se détendre, ceux qui font des balades en vélo, ou ceux qui ont le courage de s’astreindre à leur vingt minutes de gymnastique quotidienne. Je vais même parler de mon expérience personnelle de randonneur amateur – à une époque, je marchais quinze à vingt kilomètres le week-end – à une époque très lointaine. J’en ai des crampes rien que d’y penser….
– Je ne vous imagine pas en randonneur, même du dimanche.
– Je pensais que marcher m’aiderait à trouver des idées pour écrire. Cela m’a parfois aidé. Le plus souvent, j’étais si fourbu, si courbaturé que je n’avais même pas la force de me mettre devant l’ordinateur.