Archives

Tous les articles du mois de novembre 2014

Galopin fait la sieste.

Publié 29 novembre 2014 par Sharon et Nunzi

Bonjour à tous !

Galopin dort, et quand il dort, il est très sage. Jugez plutôt ! Là, c’est juste avant la sieste.

IMG_2194Voici son profil droit :

IMG_2196Voici son profil gauche :

IMG_2197Voici à nouveau son profil droit :

IMG_2199Ah ! Il est réveillé !

IMG_2200Il se fait beau pour sa Galipette  :

IMG_2202Là, il est prêt à jouer à nouveau !

IMG_2204Je vous souhaite à tous un bon dimanche !

Mon samedi

Publié 29 novembre 2014 par Sharon et Nunzi

Sharon est allée au salon de Montreuil aujourd’hui. Et ce matin, la maman de Sharon a voulu me peser, elle pense que j’ai grossi. Franchement, vu l’intense activité physique que je déploie, comment aurai-je pu grossir !

IMG_2159La balance est formelle : j’ai pris neuf cents grammes. Je me demande bien où !

IMG_2190Du coup, je sens que négocier un peu de thon et quelques crevettes sera désormais plus difficile !

IMG_2169Galopin, lui, va bien, il fait même du sport très activement :

IMG_2153Je vous laisse : je crains d’être bientôt contrainte à un régime, ou à faire de l’exercice. Du coup, je refais une petite sieste pour me remettre.

IMG_2191Bon week-end à tous !

Le dimanche, c’est dur

Publié 23 novembre 2014 par Sharon et Nunzi

C’est même très dur ! Du coup, comme il est nécessaire d’ouvrir les volets (on se demande bien pourquoi), mamie se cache les yeux avec sa queue.

IMG_2148Quant à moi, il suffit de pas grand chose pour me tirer de mes songeries.

IMG_2128et d’encore moins de choses pour que je m’y replonge !

 

 

IMG_2130J’ai également UNE puce – je me demande qui me l’a offerte.

IMG_2131Voilà, je suis prête !

IMG_2132Bon dimanche à tous !

Les plumes – la nuit

Publié 22 novembre 2014 par Sharon et Nunzi

écritoire vanishingintoclouds(3)

Les mots à placer étaient Vol, chat, transfigurer, chauve*, blanc, solitude, silence, matin, se ressourcer, ivresse, ténébreux, épuisant, insomnie, étoilé, fête, rêver, sommeil, voyage, chanson, fesse, recommencement, voluptueux, sarabande, passeur, prologue, pavillon.

« – Celle qui fait tout mon tourment, je l’aime à la folie, i-e.
– Allez les louveteaux, c’était pas mal. On reprend la chanson encore une fois. »
Personne ne protesta. Avancer en chantant à travers champs la nuit donnait du courage.

Revenons au commencement. Gaël de Nanterry avait mis dans le car cinquante louveteaux pour les emmener à l’opéra. Il s’était aussi auto-proclamé accompagnateur, avec Madame Cobert, monsieur Trukenski et le professeur vampire. Le silence avait été de rigueur pendant le voyage, monsieur le principal rappelant le synopsis de l’œuvre, du prologue jusqu’à l’acte cinq. Certains avaient déjà sommeil (à 18 heures), d’autres avaient eu une insomnie la nuit précédente tant ils étaient transfigurés à l’idée de découvrir l’opéra.

« -Nuit d’ivresse, de tendresse…. »

Ils arrivèrent à temps, eurent le temps de se ressourcer (c’est-à-dire de gambader et de manger) avant d’assister à Alceste de Lully. La prochaine fois, ce sera Les Fêtes vénitiennes d’André Campra.

A la sortie, éternel recommencement après tant d’émotions : le chemin du retour, avec des louveteaux épuisants dansant la sarabande et chantant à tue-tête l’air du passeur, Charon : « Il faut passer tôt ou tard, il faut passer dans ma barque ».

Tout allait bien, Gaël somnolait, rêvait même – et tant pis si Anatole 4e Bleu, se plaignait d’avoir mal aux fesses à force d’être assis – quand un bruit assourdissant interrompit cette pause presque voluptueuse.

« -Je crois que le car est en panne », dit le chauffeur.
Grand moment de solitude, même avec cinquante louveteaux et trois accompagnateurs. Le ciel était étoilé, c’était déjà ça – autour, pas un pavillon, pas un chat, pas même le vol d’une chauve-souris.

– Je crois que le moteur est foutu.
Grand blanc. Après concertation entre accompagnateurs et louveteaux, il fut décidé… d’aller à pattes, pardon à pieds jusqu’au pensionnat, quitte à arriver au petit matin. Le CPE, tiré d’un songe ténébreux par l’appel, faisait la route en sens inverse dans la camionnette du pensionnat, pour transporter les plus fatigués.

– Dix kilomètres à pied, ça use, ça use, dix kilomètres à pied, ça use les coussinets.

Annunziata le 20 novembre

Publié 20 novembre 2014 par Sharon et Nunzi

Moi aussi, je vais bien !

IMG_2061Mamie Moïra, non, donc elle est allée voir le docteur B***hier, et a quinze jours de traitement. Du coup, nous prenons parfois des mesures « douillettes » pour elle.

IMG_2083Quant à moi, j’ai trouvé refuge dans mon carton fétiche, parce que, le bruit de la baballe à grelots… Je ne peux plus :

IMG_2110Bonne soirée à tous !