Archives

Tous les articles du mois de mai 2022

Breaking news : nous avons réussi

Publié 28 mai 2022 par Sharon et Nunzi

Bonjour à tous

J’aurai pu vous parler du général Galopin, qui a passé les troupes en revue, saluant le sergent-chef Chérubin, le sergent Fragance et le caporal Quinoa. Il a salué les vaillants chatons.

J’aurai pu vous parler de moi, qui a décidé de les ignorer superbement, tout comme Ruby (non, je ne peux pas ignorer superbement Ruby, elle s’est à moitié couchée sur moi).

Je vous parlerai des hurlements déchirants du sergent-chef Chérubin qui, hier après-midi, alors que la maman de Sharon avait pris le relais le temps que Sharon rende visite à sa meilleure amie, a regardé ce qui se passé dehors, et depuis, faisait des crises de hurlements. Y compris la nuit.

Ce matin, la maman de Sharon a ouvert la porte (temps de sommeil avec Sharon : trois heures, à peu près) et une chatte grise, le portrait craché de Grisby, yeux compris, est rentrée dans la maison, attirée sans doute par les hurlements de Chérubin. Depuis, elle allaite les trois chatons et le sergent-chef Chérubin lui a raconté plein de choses.

Le défi suivant ? La sociabiliser.

Edit de 9 h 14 : la Grise est bien la mère des trois chatons, elle les a allaités pendant une heure, ils ont maintenant endormi pendant qu’elle les veille. Elle a beaucoup parlé à Sharon, qui lui a mis des croquettes.

Edit de 11 h 54 : troisième séance d’allaitement de la journée. Les chatons ont découvert quoi faire des nombreux griffoirs de la pièce. Pour ma part, je cherche ma tranquillité.

Encore des nouvelles du pensionnat des louveteaux

Publié 26 mai 2022 par Sharon et Nunzi

Bonjour à tous
C’est Annunziata.
A la maison, nous sommes un peu débordés, et nous vous en dirons plus… le 24 juin. Si, si, promis. En attendant, après une journée éprouvante (quelqu’un peut donner des calmants aux chatons quasi adultes pour qu’ils ne sautent pas partout ? Merci d’avance), je vous donne des nouvelles de madame Cobert.

« Je vais bien. Je ne cesse de le répéter, je vais bien. Ayant un grand trou dans mon emploi du temps, je suis rentrée chez moi suite à un problème personnel. Je rentre au pensionnat pour assurer le dernier cour de ma journée, quand je constate que le pensionnat est tout retourné. Merci de m’avoir cherché partout et d’avoir retourné quasiment tout le pensionnat, mais je vais bien. »

Elle dut encore le rappeler le lendemain, et se demanda ce qui avait pu se passer en son absence pour que ses collègues soient autant inquiets.

Comme si cela ne suffisait pas, Victor avait décidé d’organiser une petite fête dans sa salle de classe pendant le cour des 3e Bleu. Comme l’a dit si bien Charles : Victor, il commence à être fatiguant à ramener tous ses amis. Après Basile, ce sera qui ? Jacques ?

Bon jeudi de l’Ascension à tous.

Edit de 12 h 37 : livraison réussie. Merci Air chaton express. Sharon et sa maman vont bien se marrer dans les jours à venir.

Des nouvelles du pensionnat des louveteaux – mai 2022

Publié 22 mai 2022 par Sharon et Nunzi

Je dis « le pensionnat, le pensionnat », mais cela pourrait se passer n’importe où.
N’importe où, pas nécessairement en salle des professeurs.
N’importe où où l’on échange des potins.

– Mais ce n’est pas possible ! s’exclama madame Cobert. Je n’étais pas au courant.
– Si cela peut te rassurer, je l’ai appris voici cinq minutes.

Apparemment, un nouveau couple venait de se former… parmi les louveteaux, et madame Cobert avait un train, voir plusieurs de retard pour les informations.
– En même temps, ce sont deux grands sportifs tous les deux. Nan, je plaisante, louveteau et sportif, c’est quasiment incompatible.
– Sauf pour la marche et la course à pieds, ce qui nous sauve dans les sorties scolaires.

Cependant, un drame couvait. Si, si, je vous assure. Enfin… un drame si madame Cobert était une fan de mode indécrottable. Elle a cependant un point faible, ou, comme le dirait son cousin « une addiction qui me fait penser qu’elle est une femme comme les autres » : les sacs à main. Madame Cobert portait son nouveau sac. Tout nouveau. Elle heurta monsieur Gaël de Nanterry. Lui aussi avait un nouveau… sac. Ils avaient le même.
Preuve qu’ils avaient bon goût tous les deux.
Même si cela peut sembler bizarre à certains.

Il fait chaud sur la Normandie.

Publié 19 mai 2022 par Sharon et Nunzi

Bonjour à tous

Nous ne sommes qu’au mois de mai, et pourtant, la chaleur s’est abattue sur la Normandie. Nous buvons beaucoup d’eau, et, fort heureusement, les rideaux sont tirés et les volets baissés. Mais nous ne sommes qu’au mois de mai !

J’ai une pensée émue pour les chats qui vivent dehors, sans soin. J’ai aussi une pensée pour les plus poilus d’entre nous, qui souffrent beaucoup de cette chaleur, j’ai nommé les jumeaux Ambre et Ruby du Bois-Doré.

D’après les renseignements pris par Sharon, leur maman n’est pas aussi « poilue », notamment sur la partie postérieure de sa personne. En revanche, le papa, c’est le contraire : poils courts sur le corps, et popotin très touffu.

Bonne journée à tous.

L’art de la sieste par Annunziata et Galopin.

Publié 12 mai 2022 par Sharon et Nunzi

Bonjour à tous

J’adore dormir, j’adore dormir tranquillement, et ce n’est pas toujours facile, notamment avec toutes ces boules de poils bourrées d’énergie qui courent et sautent autour de vous.

Cependant, j’ai réussi à dormir avec Galopin, qui ne comprend pas pourquoi Lisette souhaite qu’il reste relativement éloigné d’elle.

Sur les photos, Galopin regarde Lisette et se demande bien pourquoi elle tient à garder ses distances.

J’ajoute que j’aime aussi dormir seule, que j’aime tous les plaids, quels que soient leur couleur (rose, gris, doré).

Bon jeudi à tous : je continue à me reposer.

Des nouvelles de Sacaille – mai 2022 – 2

Publié 11 mai 2022 par Sharon et Nunzi

Jean-Robert dut en convenir : la journée se passait bien. Pourtant, les yeux lui étaient sortis de la tête quand il avait vu, de ses yeux vus, Chris, qu’il avait accueilli, côtoyé, appris à apprécier pendant deux ans, en compagnie de son nouveau conjoint. Il avait cependant pris sur lui et était allé les saluer. Il n’avait cependant pas pu s’empêcher de réagir quand il avait entendu un faible « c’est ton ex ? »
– Non, je ne suis qu’adjoint au maire. L’ancien compagnon de monsieur, c’est le maire, vous voyez, celui qui est en train de parler à chaque auteur et qui va encore se ruiner en livres pendant le salon. »

Jean-Robert sortit, non pour fuir le salon, mais pour tenir la buvette – monsieur le maire le remplacerait dans deux heures.

La matinée fila à toute vitesse, et tous les écrivains partirent déjeuner – le salon fermait officiellement pendant deux heures – dans la cour de la mairie.

– Original, dit Nils Denvers, auteur de romans régionalistes, bref, un auteur que le maire de Sacaille n’avait jamais lu.
– Original, redit Nils Denvers en manquant de se brûler avec les plats cuisinés par Lucie, la soeur du maire.
– Je t’avais dit « buffet froid », souffla Loïc à sa soeur. Pourquoi des plats chauds ?
– J’aime aller au bout des choses, dit elle. Je ne vais pas servir une salade boulgour quinoa lentille corail à des personnes qui ne reviendront peut-être jamais ici. Je veux qu’il garde un bon souvenir.

Loïc avait prévu un trajet court, c’est à dire pas le trajet qui faisait passer les écrivains devant sa maison – un ancien tribunal cantonal du XIXe siècle. Cependant, trois écrivains ressentirent le besoin de se dégourdir les jambes et de faire le tour de Sacaille, Jean-Robert ne les quitta pas d’une semelle.

– Cette demeure est très rare, s’exclama Nils Denvers. Une prévôté ! Et restaurée ! J’envie l’heureux propriétaire.
Jean-Robert bafouilla que ce n’était pas si confortable que cela, qu’il avait fallu, comme pour la mairie, faire de nombreux travaux tout en restant fidèle à l’architecture. Il ajouta qu’il habitait la demeure sise à la droite de la prévôté, il savait donc à quel point le propriétaire avait déployé d’énergie pour la rénover.
– Si j’osais, reprit Nils, je vous demanderai son identité. J’aimerai tant découvrir cette … magnificence !
Jean-Robert convint que la maison était très belle.
– Vous pouvez le lui demander, c’est le maire qui possède cette maison. C’était un rêve pour lui.
– Je le comprends.

Loïc accepta. Nils Denvers, après le salon, resta dîner. Il resta dormir aussi chez le maire, il n’avait aucune urgence qui l’attendait chez lui, un charmant village de l’Oise.  « Ma soeur garde mon yorkshire ».
Jean-Robert jette un voile pudique sur ce qui se passa ce soir-là. Si ce n’est que l’écrivain ne repartit pas tout de suite. Il resta même quelque jours. Repartit. Puis revint. Avec son yorkshire.
On ne sait jamais ce qui peut se passer pendant un salon du livre.

Des nouvelles de Sacaille – mai 2022

Publié 9 mai 2022 par Sharon et Nunzi

Les élections s’étaient bien passé cette année, tout semblait aller pour le mieux dans le plus apaisé des mondes, cependant Caroline, la secrétaire de mairie, demanda à Jean-Robert, adjoint au maire, pourquoi Loïc, maire de Sacaille toujours au bord de la démission (malheureusement, personne ne convoitait le poste), paraissait si mélancolique.
– Comment, vous n’êtes pas au courant ?
Caroline dut convenir que non.
– Chris l’a quitté voici trois semaines.
– Non ! Mais pourquoi ? Non, se reprit-elle immédiatement, cela ne me regarde pas.
– Ce n’est malheureusement pas un secret. Chris a rencontré quelqu’un d’autres, quelqu’un qui, je cite, n’est pas retenu dans ses choix de vie par des préjugés d’un autre âge. Traduction en bon français : tu ne veux pas te marier, tu ne veux pas d’enfants, pas grave, je trouverai quelqu’un d’autre qui veut, et il a trouvé.
– Je comprends mieux dans quel état se trouve monsieur le maire.
– Et encore, vous ne savez pas tout ! Il a été tellement déprimé pendant une semaine qu’il ne s’est nourri que de quinoa, de lentilles et de boulgour, agrémentés de tisane de romarin.

Nous interrompons notre récit pour vous laisser digérer méditer cette information.

– Mais… c’est le salon du livre de Sacaille dimanche !
– Monsieur le maire me l’a dit ce matin : il se comportera exactement comme d’habitude. Discours d’inauguration, présence quasiment toute la journée, pause déjeuner chez lui, discours de fin, et tant pis s’il doit passer la journée confronté à son ex, à son ex beau-père, libraire co-organisateur du salon et au nouveau compagnon de son ex. Comme il me l’a précisé : « oui, cela fait beaucoup, mais je suis un grand garçon. Sacaille avant tout.

Pendant ce temps, à la librairie.

– On, mais papa !
– Christophe, le travail, c’est le travail, les sentiments, ce sont les sentiments. Je ne vais pas annuler le salon du livre de Sacaille simplement parce que tu as rompu avec le maire, qui m’a assuré que tout se passerait comme prévu. Si vraiment tu ne veux pas venir, je me débrouillerai tout seul.
– Je viendrai… mais Félix vient avec moi !
– Si tu y tiens, soupira son père.

Bon dimanche à tous !

Publié 8 mai 2022 par Sharon et Nunzi

Bonjour

Ruby et moi avons allié nos forces pour faire se lever Sharon.

Ensuite, après le repas, j’ai passé cinquante minutes à me faire belle. Après une courte pause, j’ai repris de plus belle – quand je vois que Ruby ne consacre que quelques minutes par jour à se faire belle, je comprends pourquoi elle a des problèmes pileux.

J’ajoute que la saison des chatons commence. N’oubliez pas, si ce n’est déjà fait, de faire stériliser vos félins domestiques !
Je dédis ses mots à tous les chatons que l’on trouve, tremblotant, dans des tas de bois.

Bon dimanche à tous.