Annunziata en vacances, ou presque

Publié 22 février 2020 par Sharon et Nunzi

Bonjour  à tous

J’ai envie de parler un peu de moi et de mes vacances, enfin, des vacances de Sharon. Non, parce que moi, je suis tous les jours en vacances ou presque. Oui : surveiller les autres chats, tenter de les faire bien s’entendre, c’est un travail. Heureusement, je ne suis plus chargée de veiller sur les chatons : j’ai passé l’âge et j’en suis soulagée (et mes chatons, Koala et Ciboulette, étaient bien plus sages que les double jumelles).

J’ai inauguré le nouveau carton reçu en cadeau. Il contenait, parait-il, une commande de livres. Je l’ai trouvé très confortable.

J’ai aussi passé du temps avec Sharon – et j’ai passé du temps à manger aussi. Selon des sources sures, j’aurai un peu grossi. Pas du tout !

Je fais d’ailleurs très souvent des exercices avec nos nombreux griffoirs, je repère même sans soucis ceux qui sont dans le salon, c’est dire ! J’ai gardé les habitudes que m’avait données Charisma, ma regrettée professeure de griffoir.

En parlant de griffoir, voici un des cadeaux que Sharon a reçus pour ses 42 ans :

J’ai l’impression que ce cadeau est pour nous !

Bon samedi à tous !

Lettre de Galopin à Lisette

Publié 19 février 2020 par Sharon et Nunzi

Coucou Lisette

Ne t’inquiète pas, je m’occupe de tout !

Galopin

Oui, la lettre est courte, parce qu’à défaut de s’occuper à nouveau des chatonnes, Lisette est retournée près de Galopin.

Pour ceux qui pensent qu’ils sont jumeaux et que c’est « pas juste » qu’ils se ressemblent autant, Galopin est à gauche, Lisette à droite.

Bon mercredi à tous.

Lettre de Lisette à Galopin

Publié 18 février 2020 par Sharon et Nunzi

Cher Galopin,
j’ai besoin de répit !
Quatre chatons ultra-dynamique, c’est trois de trop pour moi.
A vrai dire, un chaton femelle amorphe m’irait très bien. Avec une nette préférence pour Pétunia, la plus calme des quatre (message à Pompadour : descend de la fenêtre tout de suite !).

Quant à Lilas, elle semble sage, et c’est tout :

Quant à Lavande, elle m’inquiète. Cela fait trois jours qu’au lieu de dormir sur un coussin, elle dort dans une gamelle. Nous cherchons un message : c’est ma gamelle même si elle est vide ou bien c’est ma gamelle et elle est déjà vide ?

Sur ce, je poursuis ma cure de repos, qui se traduit par de longues promenades et de non moins longues siestes.

A bientôt

Lisette.

PS : ne mange pas trop, pense à tes reins.

Des nouvelles de Lisette et des chatons.

Publié 17 février 2020 par Sharon et Nunzi

Bonjour à tous

Les chatons grandissent… et pas forcément en sagesse.

Lisette se sent donc fatiguée, et ressent le besoin de s’isoler.

Galopin, globalement, aime bien rester avec les double jumelles et faire de l’exercice. Globalement.

Il n’empêche qu’hier, Lisette lui a fait de la place au sommet de l’armoire. Pour l’instant les quatre chatons n’ont pas encore trouvé le moyen ou l’énergie pour monter au sommet d’une armoire ou d’une bibliothèque. Je pense cependant que cela ne devrait pas tarder.

Elles ont pourtant l’air très sage, comme vous pouvez le voir sur cette photo de Pétunia et de Lilas.

Oui, je sais, l’air seulement.

Essayez de prendre un selfie avec un chaton turbulent, vous m’en direz des nouvelles !

Cette photo est la troisième tentative.

Sur ce, je vous laisse, je crois que ça y est, elles se sont endormies… mes croquettes m’attendent.

Bon lundi à tous !

Joyeux anniversaire aux Gourmandises de Syl !

Publié 16 février 2020 par Sharon et Nunzi

Bonjour à tous

c’est une journée spéciale aujourd’hui puisque les gourmandises de Syl fêtent leur anniversaire aujourd’hui !

Par conséquent, aujourd’hui, c’est un gâteau qui a été cuisiné.

Sharon a pris un peu de retard à la suite d’événements félins qu’il vaut mieux taire.

Voici la recette :

Ingrédients :

2 gros oeufs ou trois petits
250 grammes de farine
100 grammes de chocolat au lait.
100 grammes de sucre.
1 sachet de levure
1 verre de lait
50 grammes de beurre.

Comment faire ?

Préchauffez le four à 180 °.
Faites fondre le chocolat.
Faites fondre le beurre.
Battre les oeufs en omelette et les mélanger avec le sucre, le beurre fondu et le chocolat fondu.
Ajoutez la farine, la levure, bien mélanger.
Ajoutez le lait.
Mettre dans la pâte obtenue dans le moule et faire cuire pendant trente minutes.


Première photo à peine sorti du four. Il y en aura d’autres.

Galopin et Lisette – le retour.

Publié 8 février 2020 par Sharon et Nunzi

Bonjour à tous

Nous sommes samedi, et je vais très bien. Oui, il est important de le dire. De plus, un nouveau carton plein de livres vient d’arriver, vous pensez si je suis contente (pour le carton, les livres, cela m’est complètement égal).

Galopin et Lisette s’entendent à nouveau bien, surtout depuis que Lisette a compris que Galopin ne voulait pas de mal à ses quatre « filles ». Si Lisette, fatiguée, fait toujours des siestes avec elles :

elle a retrouvé toute sa complicité avec Galopin :

Bonne journée à tous !

 

Journal d’un louveteau garou – ou presque

Publié 7 février 2020 par Sharon et Nunzi

Parce que l’inspiration peut venir bizarrement.
Puis, il s’agit simplement d’un moment d’inspiration.
On verra ce que cela donnera.

« PBDMFC »
Cher journal, j’ai entendu cela pas plus tard que ce matin.
Oui, j’ai simplement mis les initiales des mots que j’ai entendu.
Ce n’est pas que j’ai été choqué, c’est simplement, nom d’un coussinet tordu, que l’on n’a pas l’habitude d’entendre autant de gros mots à la suite dans notre pensionnat des louveteaux garous.
Ni au collège, ni au lycée.
Nous sommes beaucoup plus inventifs que cela, nom d’une griffe dédoublée teinte en vert vif.
Qui était responsable de ce tombereau d’injures et de sa suite ?
Une toute petite adolescente – 1 m 50, quarante kilos à vue de museau.
Elle portait une longue robe noire et un chapeau aussi pointue que son nez.
– Je le gare où, mon balai ?
Oui, vous l’aurez compris : c’est une sorcière.
C’est une chose de savoir qu’elles existent, quelque part, au loin, s’en est une autre d’en voir une en chair et en os, surtout quand elle correspond tout à fait au cliché ambulant de la sorcière.
– Oh, le tas de poils ambulants, je te parle ! Je le gare où, mon balai, je ne vais quand même pas le laisser dehors ! Et ne me dis pas que je dois le mettre dans un placard !
– Mais non, mais non, lui dit notre CPE, nous allons trouver un moyen où le garer.
Apparemment, un échange avait été conclu entre l’académie des hautes sorcelleries (localisation inconnue) et notre établissement scolaire dans le but d’accroitre la richesse et la diversité des enseignements. Gabriella Gentil resterait donc deux mois chez nous, afin de parfaire certains de ses sortilèges. Non, pas les apprendre, ne me faites pas écrire ce que je n’ai pas écrit. Disons que la flemme d’apprendre ses formules magiques mélangé à des oublis fréquents de baguette entraînait une chute drastique des résultats. Une hausse de l’usage des gros mots et autres expressions peu châtiés s’en était suivie également.
– Peu châtiés vous mêmes! avait-elle répliqué à la directrice de son académie. D’abord, ça veut dire quoi, châtié ? Employez au mois des mots que je comprends !
Non, je vous passerai les détails de cette journée d’intégration, pendant laquelle son balai l’a accompagnée dans toutes les salles de classe.
– Non mais, vous vous attendez à quoi ? Que je m’envole par la fenêtre ? Non, j’ai juste pas envie que quelqu’un le prenne pour balayer sa piaule !
Les deux mois d’échange vont être rudes.
Enfin, on nous a assuré que « l’échange » serait à sens unique, aucun louveteau, sauf envie pressante et exacerbée, ne devra se rendre dans l’académie des sorcières. Ouf.
Anatole Sganou.