Journal d’une dragonnière III

Publié 9 décembre 2017 par Sharon et Nunzi

Axelle, kiné des chevaliers dragons très maladroite, se retrouve prisonnière de la meute. Après avoir pris le thé avec la lycanthropologue chargée de soigner Léo, ancien alpha de la meute, elle attend maintenant son châtiment. 

– Jusqu’à ce que mort s’ensuive ? Ce n’est pas un peu exagéré, votre truc ?
– Non, pas du tout. Vous voulez sauver Léo Alpha-Nord ou pas ?

Non, mais, elle en avait de ses questions, la lycanthropologue de la meute. Bien sûr que je voulais le sauver, sinon, je ne serai pas là, avec Arthur Saint-George qui, par un lien mystérieux que je ne saurai expliquer, est en train de me hurler dans les oreilles que j’ai fait n’importe quoi. Il n’a jamais fait n’importe quoi, lui, peut-être, non parce que si on entre sur ce terrain-là,j’ai quelques bricoles à lui dire.
Sinon, quand il me laisse un peu de répit, j’écoute les directives de la lycanthropologue. Comme la médecine traditionnelle lupine (je ne savais même pas qu’elle existait) a échoué, et bien ils ont organisé une cérémonie pour reconnecter son âme et son corps, permettant ainsi l’accélération de sa guérison. Vu qu’elle est au point mort, c’est plutôt une bonne idée.
Ce dont je ne me doutais pas, c’est qu’elle me demanderait de tenir les percussions pendant la cérémonie. Elle m’a fait répéter jusqu’à ce que je tienne le bon rythme. Quand je lui ai demandé combien de temps j’allais devoir tenir, elle m’a dit : « Jusqu’à ce que mort s’ensuive ».
Il n’empêche. Cela fait déjà deux heures que je tape en rythme, je commence à ressentir une certaine fatigue. j’ai l’impression que la peau de mes mains est en train de peler. Les louveteaux hurlent des incantations, mes oreilles saignent aussi, ils dansent, là, j’ai retiré mes lunettes, faut pas exagérer. Avec tout ce qu’on fait, j’espère au moins qu’il guérira, ce Léo !

Publicités

Galopin et Lisette en décembre 2017

Publié 9 décembre 2017 par Sharon et Nunzi

Bonjour à tous

Il a neigé sur la Normandie – il a gelé aussi.

Pensée pour tous ceux qui, contrairement à nous, ne sont pas au chaud, tranquillement.

Je ne dis pas que Galopin et Lisette se sont fâchés, non. Je dis simplement qu’ils ont ressenti le besoin de mettre de la distance – cinquante centimètres – entre eux.

Voici Lisette, légèrement boudeuse :

et voici Galopin :

Bonne journée à tous !

Mirabelle

Publié 7 décembre 2017 par Sharon et Nunzi

Bonjour à tous

Voici des nouvelles de Mirabelle qui, comme nous tous, va bien.

Elle aime prendre de la hauteur pour regarder tout le monde, ce que ni moi ni Lisette ne faisons. Moi, parce que je ne vois rien, Lisette, parce qu’elle ne peut pas grimper.

Bonne journée à tous !

Les rêves du grand écrivain

Publié 5 décembre 2017 par Sharon et Nunzi

Oui, le grand écrivain a commencé une nouvelle vie dans laquelle il n’écrit plus, tout en tenant un journal de sa vie sans écriture. Il y notait notamment…
– J’ai encore fait un cauchemar !
Il était 14 heures, le grand écrivain se réveillait de sa sieste, et Percy préparait des shortbread.
– J’ai rêvé que vous preniez des leçons de danse classique, et que vous vous produisiez sur scène dans le lac des cygnes !
– Si encore c’était dans la Sylphide….grommela Percy.
– Pendant que vous dansiez, le plancher s’effondrait sous votre poids quand vous vous réceptionniez pour un saut.
– Normal, les planchers, c’est fragile, j’en sais quelque chose : celui du grenier s’est effondré en 1957 sous le poids de ma mère, elle s’est retrouvée bien plus tôt que prévu au premier étage. Et ma mère pesait à peine cinquante kilos.
– Je ne monterai plus au grenier.
– Sage résolution.

Nous allons tous bien

Publié 4 décembre 2017 par Sharon et Nunzi

C’est suffisamment rare pour être signalé.
Que Charisma et Vitamine soient moins unis qu’auparavant n’est pas si grave, que Ciboulette veule toujours que l’on s’occupe d’elle, non plus.
Pour ma part, je reste zen et sereine.

Bonne semaine à tous !

Des nouvelles de madame Cobert

Publié 23 novembre 2017 par Sharon et Nunzi

– Armure
– Armure
– Bouclier
– Bouclier
– Casque
– Casque… Je crois que cela ira aujourd’hui.
– Ta lance ! Ton épée !
– Ah, oui, merci !
Comme tous les matins ou presque, madame Cobert se rend au pensionnat des louveteaux et se prépare à affronter une meute surexcitée. Ce n’est pas pour rien que l’on loue son courage.

Des nouvelles de l’illustre écrivain

Publié 18 novembre 2017 par Sharon et Nunzi

Je me doute bien que savoir ce que devient Alexandre Legrand, alias l’illustre écrivain n’est pas forcément la préoccupation première de… et bien d’à peu près tout le monde. Pensez cependant à Perceval, qui doit supporter le cher homme quasiment tout le temps (ou comment regretter ad vitam aeternam d’avoir ouvert des chambres d’hôtes).

– Illustre ?
– Hum ?
– Vous êtes au courant qu’il est trois heures du matin et que vous êtes couché dans mon lit ?
– Oui, murmura l’illustre écrivain, mais vous n’êtes pas dedans !
Percy, qui était assis à son bureau et rédigeait un article pour Chasseur de fantôme magazine n’insista pas, vu l’état de bouleversement d’Illustre.
– J’ai fait un atroce cauchemar, mais si je vous le raconte…. vous allez peut-être le trouver drôle.
– Dites toujours.
– J’étais invité à une rencontre d’auteurs dans une célèbre librairie dont je tairai le nom, si ce n’est que les murs sont en briques. Je n’étais pas l’auteur rencontré, je devais attendre mon tour – nous étions deux à être reçus le même jour. Dans mon rêve, je ne comprenais pas cette erreur stratégique. Et bien, l’autre auteur se faisait tuer, il y avait du sang partout. Et tout ce que la libraire trouvait à dire, c’est « oh, non, la moquette !  » et pendant que les infirmiers évacuaient le corps, elle frottait frénétiquement le sol entourée de produits ménagers divers et variés.
Perceval ne put qu’approuver : c’était un rêve déroutant.