Archives

Tous les articles du mois de octobre 2017

Journal d’une dragonnière – 31 octobre 2017

Publié 31 octobre 2017 par Sharon et Nunzi

Que se passe-t-il aujourd’hui chez les chevaliers dragons ? Que deviennent Gentiane et Léo, retenus dans ce beau pays ?

– J’avais le choix, soit je faisais une chose stupide, soit je faisais une chose très très stupide. J’ai choisi la première parce que, Léo, c’était la seule qui permettait peut-être de vous sauver. Les statistiques ne vous intéressent pas, je crois ? Vous n’avez pas trop froid ? Non, parce que, voler la nuit à dos de dragons, on peut avoir froid.

Qui parlait ainsi ? Axelle, kinésithérapeute chargée de remettre Gentiane sur pattes après son accident de dragon. A qui s’adressait-elle ? A Léo, ancien alpha allongé sur le dos de Jo, dragon d’Axelle, calé derrière la selle. Oui, Axelle est au commande, et elle ne peut s’empêcher de parler.

– Non, mais franchement, je vous assure, ce n’était vraiment pas de bol. Cela n’arrive ja-mais. Que vous ayez eu besoin d’aller aux toilettes, oui ! C’est dans l’ordre des choses. Mais que le dragonneau enrhumé que je soignais s’y soit caché et vous ait éternué dessus, je persiste et signe, ce n’est pas de bol ! Que vous ayez été largement cramé… non plus. Et que le fait que vous vous soyez métamorphosé en loup garou ne permet pas d’accélérer votre guérison, là, aussi, se doit être un cas rare, qui dépasse largement mes compétences.

Bref, même si vous êtes muet depuis deux jours, que vous êtes plongé dans une torpeur que même Gentiane ne comprend pas, et bien j’ai pris sur moi de vous amener voir une vraie lycanthropologue. Ils sont drôlement bien référencés ! Non, parce que, c’était ça ou la kidnapper, et franchement, cela faisait désordre, c’était vachement risqué, alors que vous amener la voir….. Bon, c’est risqué aussi mais j’ai bien dit à Jo (c’est mon dragon) : tu ne te préoccupes pas de moi si je suis capturée, tu fuis ! »

Ah, je crois que nous sommes presque arrivés. c’est normal, tous ces loups-garous devant le cabinet, elle n’a pas de salle d’attente à l’intérieur ?

Publicités

Un peu de cinéma : Thor Ragnarok

Publié 30 octobre 2017 par Sharon et Nunzi

Bonjour à tous

Aujourd’hui, je vais vous parler du film que Sharon est allée voir hier : Thor Ragnarok, qui est tout à fait le genre de film qu’aime Sharon.

L’histoire est simple : c’est un conflit familial. Quand je vois les soucis que Thor a avec sa soeur dont il ignorait l’existence, je me dis que je n’ai pas causé le tiers du quart des soucis à mes frères (qui, soit dit en passant, étaient nettement plus beaux que Thor, mais là, c’est mon point de vue de félin). Point de vue de Sharon : Chris, il faut à tout prix arrêter la musculation. Là, franchement, c’est moche, ça fait presque peur. Oui, tu joues Thor, oui, tes bras sont mis en valeur, et alors ? Ton système veineux aussi.

Des bagarres, de l’humour, des bagarres, des bagarres et encore des bagarres, bref, un vrai film d’action, qui lorgne un peu vers les guerriers de la Galaxie. Des effets spéciaux aussi – et cela aurait été bien si certaines scènes, situées dans le passé, avaient été plus développées. J’essaie de ne pas trop spoiler, n’est-ce pas ?

Il est toujours sympa de retrouver de vieux copains – comme Hulk, par exemple (merci de ne pas trop le comparer à Sharon). Ou Loki, toujours égal à lui-même – et Thor de nous raconter quelques souvenirs d’enfance fort charmants.

Ah, Thor, oui, il a quelques soucis, à force de trop fréquenter en quasi-exclusivité son marteau. Espérons qu’il trouve enfin une compagne avec laquelle discuter. Voir plus si affinités.

En attendant, voici la bande-annonce :

 

Variation autour de la noix de coco : brownies chocolat noix de coco et gâteau.

Publié 29 octobre 2017 par Sharon et Nunzi

 Variation sur le thème de la noix de coco.

Je vous propose deux recettes. Tout d’abord, les brownies à la noix de coco :

Ingrédients :

100 grammes de beurre (si vous en avez!)
100 grammes de sucre
60 grammes de noix de coco râpée
100 grammes de farine

100 grammes de chocolat au lait.

Comment faire ?

Préchauffer le four à 180°C (thermostat 6).
Faire fondre le chocolat.
Mélanger le beurre mou et le sucre.
Ajouter les deux oeufs, la farine et mélanger.
Ajouter le chocolat fondu et la noix de coco râpée à la préparation
Verser dans un moule carré et cuire au four pendant 30 min.

Voici la photo :

Puis, le gâteau chocolat noir coco :

Ingrédients :

100 grammes de sucre
60 grammes de noix de coco râpée
200 grammes de farine
1 sachet de levure.
100 grammes de chocolat noir extra.

Comment faire ?

Préchauffer le four à 180°C (thermostat 6).
Faire fondre le chocolat dans un peu de lait.
Battre les deux oeufs en omelette, ajoutez le chocolat fondu, le sucre, la farine, la levure et mélanger.
Verser dans un moule et cuire au four pendant 30 min.

Le tas de pierre, les origines

Publié 26 octobre 2017 par Sharon et Nunzi

 

Replongeons -nous 70 ans plus tôt, au château de Vaudreuilly. Plongeons-nous dans la cuisine, qu’un architecte facétieux a placé dans la cave. Presque tous les domestiques sont là : le majordome, le cocher, le jardinier et ses aides la cuisinière, les deux petites bonnes. Tout le monde s’ennuie ferme, comme les jours où Monsieur est d’humeur massacrante et où Madame ne quitte pas sa chambre.  Elle a simplement sonné Louise pour qu’elle emmène la petite Marguerite-Marie en promenade. Jean, le fils aîné, né du premier mariage de Monsieur, les accompagne.
– Monsieur est dans la tour, commenta Paul, le majordome.
– Qu’il y reste ! s’exclama Azelma, la cuisinière.
Le dimanche précédent, Antoine de Nanterry était venu les visiter, avec femme et enfants. Le dimanche s’était conclu par une dispute retentissante.
– Monsieur le comte est à sec ! s’exclama Hector, le jardinier. A sec, comme les fontaines du parc. Je cherche une nouvelle place.
Il venait à peine de prononcer ces mots qu’une explosion ébranla les fondations du château.
– La tour !
Ce fut Margareth Shelton, la fille cadette de la cuisinière (et future mère de Percy) qui se précipita dehors en premier. Elle se fichait de la tour, non, c’était aux enfants qu’elle pensait. La petite Marguerite-Marie n’avait que quelques mois et…
Elle n’avait rien, Jean, son frère non plus, ils étaient loin de la tour, dans les allées du parc quand elle s’était effondrée. Louise, la bonne d’enfants, était aussi choquée que l’on pouvait l’être quand une tour s’effondrait dans votre dos.
Des décombres, on sortit le corps sans vie de monsieur. Madame respirait encore. Mais pourquoi n’était-elle pas dans sa chambre, dont elle ne sortait quasiment jamais ? Ces messieurs de la maréchaussée avaient des questions à poser.
– Bah nous vl’a bien ! s’exclama Hector.
Il exprimait ainsi le ressenti de tous.

Le Tas de pierre – pendant les vacances

Publié 25 octobre 2017 par Sharon et Nunzi

L’illustre écrivain se traîna jusqu’au sommet du Tas de Pierre, lessivé par douze heures de non-écriture non stop. Oui, il a toujours renoncé à écrire mais il continue d’explorer toutes les possibilités scripturales qui s’offrent à écrivain qui n’écrit plus. Là, il avait besoin de prendre l’air. Et besoin de voir Percy, qui, les jumelles dans le prolongement de ses yeux, suivait le vol des avions dans le beau ciel écossais.

– Trois fois que ce couillon survole le château.
– Il s’entraîne, bailla l’auteur.
– Mouais, grogna Percy. A moins qu’un de nos voisins éloignés n’ait construit une piste, l’aérodrome le plus proche est à deux cents kilomètres. Et je suis allergique aux avions.

Le grand écrivain se rappela qu’effectivement, Percy prendrait le ferry pour se rendre en France.
– Vous ne vous êtes jamais demandés pourquoi les écuries étaient neuves ?

Il n’osa répondre à Percy qu’il n’avait jamais fait attention aux écuries.

– Il y a vingt ans, un avion s’est écrasé sur les anciennes écuries, brûlant tout – heureusement, les chevaux paissaient devant le château, mais ils ont eu la frousse de leur vie d’équidé. Le pilote s’était éjecté. Je suis sympa, je ne vous dirai pas son nom !

Encore les chevaliers dragons

Publié 24 octobre 2017 par Sharon et Nunzi

Léo, ex alpha de la meute des loups garous est toujours otage des chevaliers dragons avec Gentiane. Il communique souvent avec Erik – en espérant que les chevaliers dragons ne les espionnent pas. 

Mon cher Erik, soyons clair : les chevaliers dragons ont renouvelé l’art de célébrer les anniversaires. Si, si, si. Le chef d’escadre et sa dragonne ont fêté leur anniversaire de mariage. Elle lui a offert de nouvelles fleurs pour son jardin, il lui a offert un tout nouveau modèle de perceuse. Je crois que c’est une perceuse, du moins, je ne connais rien du tout à ces outils.

Les anniversaires, c’est un peu comme chez nous, sauf que les loups sont remplacés par les chevaliers et leurs compagnes, ou leurs compagnons, et leur progéniture. Et leur monture. Oui, quelques-uns des dragons s’ébattaient dans le pré juste à côté de la maison du chef d’escadre. Des dragons qui s’ébattent, c’est un peu comme des mini-tremblements de terre permanent. On s’y fait, paraît-il. J’espère bien avoir quitté ses lieux toujours verts tellement il pleut avant de m’y être fait.

Sinon, je crois avoir trouvé encore plus maladroit que Gontheuque (loup garou très maladroit, note de l’auteur) : Owen Poutouk, le compagnon de la kiné qui a soigné Gentiane. Il faut dire que ce jour-là, il était aidé par le plus maladroit des frères Dacier. Tous les deux, après un magnifique barbecue, étaient repartis chez eux pour ranger le sus-dit barbecue – éteint, bien entendu. Il était deux heures du matin, ils roulaient lentement, par prudence et… soudain, ils ont vu des flammes derrière eux. La forêt qu’ils traversaient était en train de brûler !
– Fonce plus vite ! cria Anthelme à Owen.

Il a foncé. Bilan : quand ils sont sortis de la forêt, ils ont vu que les flammes les suivaient toujours. Vous l’aurez compris : le barbecue n’était pas si bien éteint que cela. Plus de peur que de mal mais à ma connaissance, aucun loup garou n’a fait cela !

Les bonnes histoires de tonton Guillaume Berthier

Publié 23 octobre 2017 par Sharon et Nunzi

Il était une fois un hamster qui se nommait Illustre – oui, comme l’écrivain qui squatte au Tas de Pierre. Illustre, il en avait plus qu’assez de vivre dans sa nouvelle cage dans laquelle il vivait depuis trois heures. Il a donc dévissé un barreau avec ses petites papattes. Si, c’est possible, j’en connais un qui l’a fait.

Il décida donc de découvrir le monde et se coinça derrière une armoire. Heureusement, grâce à l’aide de deux gentilles personnes, il fut décoincé et remis fissa dans sa cage, après que le barreau a été ressoudé – bien la moindre des choses, n’est-ce pas ?

Il ne renonça pourtant pas, et après avoir tourné, tourné, tourné dans sa roue pendant plusieurs heures, avoir mangé, dormi, et retourné dans sa roue, il réussit à se sauver.

Pas de bol : il était quinze heures. Pas de bol bis : les louveteaux garous étaient en cours. Oui, les louveteaux garous existent, demande à ton grand-père. Ils existent dans les livres, dans les livres, tout existe – même des monstres gentils. On voit que tu n’as pas connu l’île aux enfants. D’ailleurs, Juliette a bien dit que si elle avait un garçon, elle l’appellerait Casimir ou Hippolyte.

Revenons à notre hamster : il traversa donc en courant sur ses petites papattes la salle de classe et trente louveteaux se mirent à courir après lui.

Oui, il s’en est sorti en sortant de la salle. Il aurait rencontré une autre hamster mais ceci est une autre histoire.