Hommage

Tous les articles de la catégorie Hommage

Aujourd’hui, c’est la journée internationale du chat

Publié 8 août 2020 par Sharon et Nunzi

Et franchement, j’avais presque oublié.

Il fait chaud en Normandie, très chaud, et toutes les fenêtres ou presque sont ouvertes depuis ce matin.

Ne me demandez pas un énorme effort physique (ni à moi, ni aux doyens de notre famille) trop, c’est trop. Je suis actuellement couchée dans un des nombreux cartons mis à notre disposition et je n’ai pas l’intention d’en bouger. Même les chatonnes semblent presque calmes (presque, elles courent partout).

Tous les ans, c’est un peu le même bilan, avec l’impression que rien ne change :

– des associations débordées ;
– des chats abandonnés ou livrés à eux-mêmes ;
– des chats maltraités ;
– des chats accidentés ;
– des chats torturés.

Constat pessimiste ? Constat réaliste, il suffit pour cela de suivre la moindre association sur les réseaux sociaux pour constater l’énorme travail effectué et les difficultés que les bénévoles doivent surmonter jour après jour. Il est important de rappeler que ce sont des bénévoles, parce que pour ceux qui râlent « faites plutôt pour les humains, non pour les animaux », je leur demanderai simplement ce que eux font, eux qui râlent si fort contre ceux qui agissent : la réponse est simple, le plus souvent, ils ne font rien. Du moins, tous les râleurs interrogés par Sharon ou un proche de Sharon bafouillent, ou ne répondent rien, voire répondent qu’ils ne feraient rien bénévolement, c’est une règle d’or. Bizarre, ils râlent pourtant bénévolement.

Alors, on ne le répétera jamais assez, faites identifier et stériliser votre chat. Non, il ne sera pas malheureux, non, il – et surtout elle – n’a pas besoin d’avoir une portée pour être heureuse. Pour celles qui ont été recueillies après coup, je ne peux témoigner, mais ni moi, ni Vitamine ni Lisette n’avons porté de chatons, et nous ne nous en portons pas plus mal.

Bonne journée à tous.

Il y a cent ans – hommage à Tifoune, chat normand.

Publié 11 novembre 2018 par Sharon et Nunzi

Bonjour à tous

Il y a cent ans, dans la famille de Sharon, on avait déjà des animaux.

Il y a cent trois ans, en 1915, l’arrière-grand-mère de Sharon avait deux filles, un chat, et un mari au front.

Tous les soirs, elle tenait à ce que Tifoune, chat noir et blanc, rentre : il fallait qu’il soit là quand son mari rentrerait, c’était son chat à lui.

Un soir, il ne rentra pas, préférant rester sur le toit. Rien à faire, il ne voulait pas.

Geneviève et ses deux filles entendirent dans la soirée un cri de douleur très humain : le chat était tombé sur les épaules de quelqu’un. Ce quelqu’un, c’était son maître, qui rentrait en permission, et n’avait pu prévenir sa famille à temps.

Hommage à Colibri

Publié 26 septembre 2018 par Sharon et Nunzi

Un de nos chatmis nous a quittés.

Colibri, après avoir mené un courageux combat contre la maladie, est allé rejoindre Eowin.

Ils sont ensemble désormais, pour toujours.

Au revoir, courageux Colibri

Je me suis permis de prendre cette photo sur leur blog, elle date d’avant 2015.

N’hésitez pas à aller soutenir Chat des îles

Hommage à Eowin

Publié 12 août 2018 par Sharon et Nunzi

Bonjour à tous

Pas d’articles hier, parce que nous avons appris le décès d’Eowin, du blog Colibri et Eowin.

N’hésitez pas à aller lui rendre hommage sur le blog de Chat des îles, notamment sur l’article Au revoir gentille Eowin.

Voici une photo que j’ai prise avec l’autorisation de Chatdesîles. Elle date du 17 juillet 2018. Colibri est à gauche, Eowin est à droite. C’était une écaille de tortue comme Cerise, qu’elle a rejointe au Paradis des chats.

Nous pensons bien à Colibri, qui lutte contre la maladie depuis plusieurs mois, et nous pensons à Chat des îles aussi.

Hypothermie

Publié 9 septembre 2017 par Sharon et Nunzi

Je vous rassure tout de suite : ce n’est pas moi qui en souffre.

Depuis mercredi, nous avons un nouveau pensionnaire, mais jusqu’à quand ? En effet, le nouveau venu, chat des rues recueilli par la maman de Sharon souffre (entre autre) d’hypothermie. Le docteur B*** qui nous connaît bien, aurait préféré de la fièvre.

Pour l’instant, et après quelques crises (il a des difficultés respiratoires), il est en train de se faire beau, dans des postures parfois extravagantes.

Ah, il regarde la télé, aussi, tout en se grattant les puces – il a pourtant eu droit à une bonne dose d’anti-puces.

Bon samedi à tous.