Archives

Tous les articles du mois de juillet 2013

Tout va bien

Publié 31 juillet 2013 par Sharon et Nunzi

J’aime beaucoup utiliser des titres rassurants.

Alors que les triplettes courent dans tous les sens, montent, descendent, se bousculent, tètent, viennent dans mes appartements privatifs, jouent à la baballe – je fais la sieste. J’ajoute que Vitamine envisage elle aussi une petite sieste sur les genoux de Sharon, alors que Givre et Charisma sont très occupées à se battre (pour ne pas changer).

Il nous faut cependant résoudre un souci, avec Lassie, berger belge de son état, adoptée depuis six ans. Elle est sourde :

Lassie feuilleDepuis deux nuits, elle a des terreurs nocturnes à quatre heures du matin et ne peut s’endormir… que si la lumière ou si la télévision est allumée. Sharon envisage de lui acheter une veilleuse …. Quelqu’un aurait une solution ? Nous sommes preneuses !

Sieste

Publié 30 juillet 2013 par Sharon et Nunzi

J’essaie de dormir – et ce n’est pas facile.

Les triplettes jouent de manière très active, notamment avec ma balle jaune. Je ne savais pas qu’il était possible de faire des galipettes en jouant avec.

Charisma s’est encore entortillée dans un fil de connexion : elle a une passion pour les fils, cette petite. Elle et ses soeurs sont très occupées… à se battre.

Quant à Lassie, berger belge Tervueren de son état, elle nous a bien réveillées la nuit dernière. Entre son besoin urgent de sortir à 4 h 30, son petit creux à 5 h  et sa crise de terreur nocturne (et oui, si elle n’a pas sa veilleuse, elle ne peut pas dormir), la nuit fut agitée.

SMamie Moïra dort bien, elle s’est très bien remise de son opération.

SFramboise, ma cousine, ressemble de plus en plus à Rico du Bonnet, son papa.

Bonne journée à tous !

Dimanche 28 juillet

Publié 28 juillet 2013 par Sharon et Nunzi

S

Neuf ans après la disparition de Sharon- la féline normande, je vous parlerai des triplettes, qui sont très en forme ce matin. Elles jouent, elles mangent des croquettes spécial chaton qui coûtent les yeux de la tête (et je ne vous parlerai même pas des croquettes spécial digestion difficile de leur maman), elles grimpent partout (ou presque), elles trouvent mon appartement plus sympa que le leur. Du coup, nous avons échangé… et elles préfèrent toujours le mien. Il faut savoir ce que l’on veut, les triplettes.

Elles ont deux mois aujourd’hui, elles jouent toujours avec mes balles (à grelot et sans grelot). Bref, elles vont bien !

Bon dimanche à tous.

SS

 

Les plumes by Asphodèle

Publié 27 juillet 2013 par Sharon et Nunzi

logo-plumes2-lylouanne-tumblr-com

Mon résumé : l’ouverture des chambres d’hôtes du Tas de pierre des McKellen a eu lieu sans liesse excessive, avec pour seul vacancier un grand écrivain, surnommé Jules César, venu chercher des conditions propices pour terminer son roman. Un léger incident a perturbé son séjour…

 

Chère éditrice bien aimée

C’est avec une euphorie sans pareille que je vous écris. J’ai terminé mon roman ! Vous aviez raison : rien ne vaut la solitude des terres écossaises et une salutaire retraite pour l’écriture !

@ bientôt

Jules César.

PS : mon retour dans la capitale ne saurait tarder.

PPS : ma prochaine destination sera ensoleillée, avec plage, mer et palmiers pour seuls horizons.

 Ma chère Gladys

le grand écrivain s’en va, les larmes aux yeux (rhinite allergique, pas de bol) et la valise à la main. Nous agitons déjà nos mouchoirs Winston et moi pour lui souhaiter un bon voyage. Un peu plus, et j’entonnerai un chant de départ !

Huit jours entiers enfermés dans le dressing, qu’il avait injustement surnommé placard ! Tu connais beaucoup de placard dans lequel on peut caser un bureau, une chaise, un stock impressionnant de vêtements et des provisions pour tenir un siège ? Tout ça parce que môssieur a aperçu, lévitant au-dessus des douves Horatia Fraser (1785-1855), venue rendre visite à ses descendants dans le château voisin. Elle était en retard, elle ne voulait pas rater leur fête d’anniversaire, elle a coupé par nos terres pour raccourcir son trajet habituel– pas de quoi avoir une crise de panique !

Et bien, si !

Comme ses désirs étaient devenus des ordres impétueux, je n’ai pas ouvert ses volets pendant une semaine (mais la fenêtre, oui), je lui ai porté des provisions trois fois par jour (et du café brûlant, pour ne pas dire incandescent), je lui ai relu la lettre de menace de rupture de contrat que tu lui as envoyée. Cerise sur le cheese cake, j’ai même dû subir la lecture intégrale de son immortel chef d’œuvre Inverser l’amour .

Je t’embrasse

Papa (Perceval James McKellen)

PS : Calpurnia et son Saint Bernard sont revenues de l’atelier d’écriture.

PPS : merci pour les six nouveaux écrivains en panne d’inspiration que tu m’envoies pour le prochain week-end. Nous avons placé une déviation fantôme.

PPPS : as-tu des nouvelles de Guillaume et Imogène ?

   

Chablis – des nouvelles

Publié 24 juillet 2013 par Sharon et Nunzi

Chablis se repose auprès de mon frère Rodéo le mal nommé, de Giv’ (pour vivre heureux, vivons caché), de Nanoute Périscope, ma tante, qui elle aussi a eu des soucis avec ses yeux quand elle était petite (les piqûres de cortisone dans la tête ont fait des miracles sur elle) et d’Alias, mon autre tante. Voici des photos de lui, prises aujourd’hui, alors qu’il ne bougeait pas trop :

 

S

S

 

Givre et Charisma

Publié 23 juillet 2013 par Sharon et Nunzi

Je profite d’une accalmie entre deux orages pour écrire un article sur Givre et Charisma, les deux autres triplettes.

Elles sont en train de jouer ensemble, pendant que Vitamine fait la sieste.

Charisma est la plus casse-cou, elle monte, elle descend, elle tombe parfois, elle se coince dans une porte ouverte, bref, elle n’arrête pas. Son capital bétise est énorme. Elle vient d’ailleurs de monter sur l’écran de l’ordinateur de bureau, et elle tente de rester en équilibre, sous les yeux ébahis de sa soeur Givre. Elle est celle qui dort le moins, et n’hésite pas à réveiller ses soeurs pour jouer avec elle.

Givre est plus sage, elle se laisse un peu entraîner par sa soeur. Elles se battent souvent ensemble, et je ne vous cacherai pas que des miaulements (de douleur ?) retentissent parfois.

Mes frères ont toujours été très sages…

S

SEdit de 18 h 14 : elles ont réussi à monter toutes les trois sur une chaise !

Vitamine

Publié 23 juillet 2013 par Sharon et Nunzi

Voici un billet entièrement dédié à cette triplette.

Avec elle, vous êtes tranquille : pas de reste. Elle finit même ce que ses soeurs n’ont pas mangé.

Résultat : un ventre bien rebondi, et de longues siestes pour digérer.

SSSsdxzzq (ça, c’est moi qui ai sauté sur la clavier…..).

 

Il fait chaud

Publié 22 juillet 2013 par Sharon et Nunzi

C’est officiel : il fait 26 ° dans la maison !

Je passe mes journées à dormir, complètement raplaplate.

J’ai tenté une sortie dehors, je suis très vite rentrée : trop chaud !

Par contre, les triplettes ont la forme.

Même très en forme.

Difficile de les prendre en photo, elles bougent tout le temps.

En voici un peu floues :

SVitamine

SGivre

SCharisma dite Mini Annunziata

Les plumes à thème n°9

Publié 20 juillet 2013 par Sharon et Nunzi

logo-plumes2-lylouanne-tumblr-com

Mon résumé : Perceval s’est lancé dans une entreprise hasardeuse, ouvrir des chambres d’hôte au Tas de Pierre, surnom donné au château familial.  Les réservations ne se bousculent pas, au point qu’il a décliné la proposition de sa soeur qui voulait l’aider pour l’inauguration.

Alors que Perceval avait presque renoncé à son idée brillante, une réservation arriva. Une ! Il en demeura pantois. Surtout quand il vit le nom. Un écrivain fort connu, dont Gladys, la plus raisonnable de ses filles était l’attachée de presse.

« Nous sommes désespérés, il ne parvient pas à écrire le dénouement de son dernier roman. Par contre, il est assez spécial.

– Je lis ça, grommela Perceval.

Dans sa lettre de réservation, le grand écrivain – nommons-le Jules César, par discrétion – assurai que le caractère délabré du château, son isolement au milieu des landes hostiles et l’absence quasi-totale d’estivants lui permettraient de mener sa tache à bien. Cette aventure humaine méritait d’être tentée.

Il était arrivé au château à la nuit tombée, avait ouvert grand la bouche, l’avait refermée et était entré dans le Tas de pierre.

– J’ai l’estomac fragile, annonça-t-il, je suis un régime particulier, le haggis m’est fortement déconseillé.

– A moi aussi, répondit Perceval.

– J’ai peur des fantômes.

– Ils ont posé leur RTT.

– J’aimerai me réveiller avec le soleil.

– Votre chambre est dans le sens désiré, ne vous inquiétez pas.  »

En revanche, s’il continuait à vérifier point par point que les instructions données étaient respectées, il connaîtrait bientôt l’étendue de la colère d’un Highlander. Percy se saisit de la valise et lui montra sa chambre.

– Une dernière question : comment entretenez-vous cette propriété ?

– Vous avez vu le hangar à bateau ? demanda Percy d’un ton un peu trop bourru pour être aimable. Il contient aussi une tondeuse.

– Ce n’est pas très écologique. J’aurais imaginé… des moutons.

– Oui, mais pour cela, il faudrait poser des barrières, et ce n’est pas trop mon truc. Et Winston n’est pas un très bon chien de berger. » Percy posa avec délicatesse la valise près du lit, rappela l’heure du dîner et se retrancha dans la bibliothèque, avec une Étude en rouge et son bouledogue pour compagnie.

Contrairement à ses craintes, Percy passa un dîner assez tranquille, et la nuit aussi. Il constata cependant que le grand écrivain avait l’air hagard (du Nord le Viking) au petit déjeuner.

– A ma grande honte, j’ai dormi toute la nuit. D’habitude, j’écris.

– Cela vous a certainement fait du bien. Vous êtes frais et dispos pour votre journée de travail. Vous verrez, notre demeure est très calme. » Surtout quand Calpurnia, la fille ainée (38 ans) était absente. Elle était en train de parfaire sa découverte de l’écriture de roman érotique pour une quinzaine de jours encore.

Jules César s’enferma dans sa chambre, mit un écriteau « privé, ne pas déranger » sur la porte. Quant à , il relut les épreuves des derniers articles de Chasseur de fantômes magazine : « Vampire, le dernier tabou » et « Hanter jusqu’à la déraison : la folie chez les fantômes. » Il eut droit à un calme écossais jusqu’à midi. Un hurlement strident interrompit ses corrections. Il se retourna, vit que James – son père, mort 57 ans plus tôt – et Cécile, sa copine fantôme camériste, étaient toujours assis sur le sofa, légèrement courroucés par tant de vacarme, puis il prit la liberté d’aller frapper à la porte de Jules César. Il fit bien. Le grand écrivain lui ouvrit en claquant des dents.

– Venez voir. Là ! C’est hallucinant.

– Non, c’est un fantôme, précisa Perceval

Il n’avait aucun doute sur la nature de la forme blanchâtre qui planait au-dessus du lac. Et le grand écrivain non plus, qui courut se réfugier dans le placard.

Ce sont les vacances !

Publié 19 juillet 2013 par Sharon et Nunzi

Déjà quinze jours que Sharon est en vacances !

Elle est donc allée à la bibli ce matin.

Les bibliothécaires sont toujours très gentils avec Sharon  – et inquiets si elle repart avec peu de livres.

Aujourd’hui, elle en a emprunté 18 (le maximum est 20) et elle a bénéficié de l’opération spécial vacances à sa bibli.

Je m’explique : des sacs sont posés sur une table, fermés, avec juste un intitulé, et le nombre « d’objets » dedans. Sharon était en plein calcul : j’ai déjà douze livres, quel sac puis-je emprunté ? Quand la bibliothécaire l’a gentiment rassuré : le sac, c’est en plus !

Chouette (là, je cache ma joie parce que les triplettes sont en super forme et moi, j’essaie de dormir). Sharon est donc reparti avec le sac « à la découverte de David Bowie ».

Elle s’est aussi prise de passion pour un chanteur d’opéra. Je vous laisse écouter :