Des nouvelles de Sacaille – mai 2022 – 2

Publié 11 mai 2022 par Sharon et Nunzi

Jean-Robert dut en convenir : la journée se passait bien. Pourtant, les yeux lui étaient sortis de la tête quand il avait vu, de ses yeux vus, Chris, qu’il avait accueilli, côtoyé, appris à apprécier pendant deux ans, en compagnie de son nouveau conjoint. Il avait cependant pris sur lui et était allé les saluer. Il n’avait cependant pas pu s’empêcher de réagir quand il avait entendu un faible « c’est ton ex ? »
– Non, je ne suis qu’adjoint au maire. L’ancien compagnon de monsieur, c’est le maire, vous voyez, celui qui est en train de parler à chaque auteur et qui va encore se ruiner en livres pendant le salon. »

Jean-Robert sortit, non pour fuir le salon, mais pour tenir la buvette – monsieur le maire le remplacerait dans deux heures.

La matinée fila à toute vitesse, et tous les écrivains partirent déjeuner – le salon fermait officiellement pendant deux heures – dans la cour de la mairie.

– Original, dit Nils Denvers, auteur de romans régionalistes, bref, un auteur que le maire de Sacaille n’avait jamais lu.
– Original, redit Nils Denvers en manquant de se brûler avec les plats cuisinés par Lucie, la soeur du maire.
– Je t’avais dit « buffet froid », souffla Loïc à sa soeur. Pourquoi des plats chauds ?
– J’aime aller au bout des choses, dit elle. Je ne vais pas servir une salade boulgour quinoa lentille corail à des personnes qui ne reviendront peut-être jamais ici. Je veux qu’il garde un bon souvenir.

Loïc avait prévu un trajet court, c’est à dire pas le trajet qui faisait passer les écrivains devant sa maison – un ancien tribunal cantonal du XIXe siècle. Cependant, trois écrivains ressentirent le besoin de se dégourdir les jambes et de faire le tour de Sacaille, Jean-Robert ne les quitta pas d’une semelle.

– Cette demeure est très rare, s’exclama Nils Denvers. Une prévôté ! Et restaurée ! J’envie l’heureux propriétaire.
Jean-Robert bafouilla que ce n’était pas si confortable que cela, qu’il avait fallu, comme pour la mairie, faire de nombreux travaux tout en restant fidèle à l’architecture. Il ajouta qu’il habitait la demeure sise à la droite de la prévôté, il savait donc à quel point le propriétaire avait déployé d’énergie pour la rénover.
– Si j’osais, reprit Nils, je vous demanderai son identité. J’aimerai tant découvrir cette … magnificence !
Jean-Robert convint que la maison était très belle.
– Vous pouvez le lui demander, c’est le maire qui possède cette maison. C’était un rêve pour lui.
– Je le comprends.

Loïc accepta. Nils Denvers, après le salon, resta dîner. Il resta dormir aussi chez le maire, il n’avait aucune urgence qui l’attendait chez lui, un charmant village de l’Oise.  « Ma soeur garde mon yorkshire ».
Jean-Robert jette un voile pudique sur ce qui se passa ce soir-là. Si ce n’est que l’écrivain ne repartit pas tout de suite. Il resta même quelque jours. Repartit. Puis revint. Avec son yorkshire.
On ne sait jamais ce qui peut se passer pendant un salon du livre.

7 commentaires sur “Des nouvelles de Sacaille – mai 2022 – 2

  • Votre commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

    Connexion à %s

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

    %d blogueurs aiment cette page :