Au Tas de Pierre en janvier 2021

Publié 10 janvier 2021 par Sharon et Nunzi

Un mois de janvier 2021 qui serait ordinaire, c’est à dire sans la crise que nous traversons depuis un an. L’écriture permet de rêver.

Perceval avait reçu un appel de Philippe de Nanterry. Certes, les chambres d’hôtes ne tournaient pas vraiment à plein régime, et il n’était pas vraiment possible d’organiser des séminaires d’écrivain. Était-il cependant possible pour Perceval d’héberger Géraud de Santeuil ? Son nouveau livre lui causait quelques ennuis. Non, pas celui sur Marie-Catherine de Nanterry, qui était en attente de publication (voir Parenthèse Géraud de Santeuil) mais le projet qu’il avait commencé depuis quatre semaines et qui lui avait valu des menaces de mort, ni plus, ni moins.

– Ne pas être extrêmement apprécié, j’en ai hélas l’habitude. Renoncer à des projets parce qu’ils pourraient blesser des personnes encore de ce monde, bien entendu. C’est cependant fort rare que quelqu’un se sente offensé par le comportement de son aïeul sous le règne d’Henri III ou celui de Louis XV. En revanche, recevoir des menaces de mort anonymes et extrêmement précises, c’est la première fois que cela m’arrive.
Les menaces avaient été suffisamment prises au sérieux pour que le commandant Guillaume Berthier suggère à Géraud de Santeuil de changer d’air rapidement, le temps de l’enquête, et le général de Nanterry s’était improvisé agent de liaison.
– Vous, je ne sais pas, mais fréquenter les Nanterry, qui sont mes cousins, a le don de renforcer mes angoisses. Être chez vous, sans me cacher, donne l’impression que j’ai renoncé à mes projets et que je prépare un livre sur votre famille.
Perceval ne voyait pas trop ce que l’on pourrait raconter sur sa famille.
– Je vous rassure, rien du tout. Je feins de renoncer à mon projet, je n’y renonce pas. En plus, ce n’est pas tant un livre sur une famille, qu’un livre sur un château, un château qui a changé de propriétaire au cours des siècles, un château dont la tour a été détruite par une explosion au milieu du XXe siècle.
Perceval voyait très bien de quel château il s’agissait.
– Surtout qu’il n’y a pas de mystère sur cette explosion, le châtelain de l’époque, Paul du Perchay jouait les apprenti chimistes, et tentait de mettre au point dans son labo personnel un nouvel explosif. Il est des personnes qui ont des loisirs bizarres, je le constate et ne peux changer l’histoire. Or, cet événement a occulté tout ce qui s’est passé avant, tous les autres membres de la famille. Je me suis donc concentré sur mes périodes historiques de prédilection : la révolution française et la Restauration. C’est après avoir constaté que Gilles du Perchay, qui avait acquis le château et l’avait rénové en 1825, vivait auparavant en Bourgogne, non loin des terres de Nanterry et l’avoir clamé sur à peu près tous les réseaux sociaux, que les menaces sont arrivées, quatre lettres quatre jours de suite, il est vraiment des personnes qui n’ont rien à faire de leur journée.
Perceval ne pouvait qu’acquiescer.
– Si cela avait été des menaces simples, encore… Non. Je vous assure que j’ai eu droit à chaque lettre à un luxe de détails sur les supplices que j’allais subir. Perceval, vous pensez à quelqu’un ?
– Oui, un auteur dont ma fille est l’attachée de presse. Mais lui donne des luxes de détails dans ses romans, les seuls meurtres qui rapportent sans que l’on risque la prison.

4 commentaires sur “Au Tas de Pierre en janvier 2021

  • Votre commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

    Connexion à %s

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

    %d blogueurs aiment cette page :