Archives

Tous les articles pour la journée du 28 avril 2019

Guillaume Berthier VI

Publié 28 avril 2019 par Sharon et Nunzi

– Je n’irai pas jusqu’à dire que l’enquête a été bâclée, pestait le lieutenant Daguerre, mais presque !
Guillaume Berthier, lui, était plus raisonnable.
– Comment penser que le mobile d’un meurtre était à chercher des années plus tôt dans le passé de Mathilde ? Ce n’est pas aussi évident que vous semblez le penser. Puis, nous avons simplement une piste, pas une résolution.
– Et vous-même, contre-attaqua le lieutenant Daguerre, vous ne vous êtes jamais questionné sur le passé de votre compagne.
Guillaume marqua une pause. Daguerre crut qu’il prenait le temps de la réflexion jusqu’à ce qu’il se rende compte que Guillaume le fixait de ses yeux devenus presque noirs.
– Il est facile de parler avec le recul du temps. Si Victoria n’était pas née, je n’aurai jamais revu Mathilde – ou alors, par hasard. Nous n’avons même jamais emménagé ensemble, et nous nous sommes séparés par incompatibilité d’humeur et de projet commun. Quand je l’ai connu, Mathilde donnait des cours de dessins dans les écoles, les maisons de retraite et répondait à quelques commandes, de temps en temps. Elle n’avait rien de l’artiste bordeline décrite par Thomas Massart.
– Oui, mais elle se droguait.
Guillaume éclata de rire. Expérience à éviter farouchement.
– Non. Vous oubliez que je suis allée au tribunal pour obtenir la garde partagée de ma fille. Alors oui, un revendeur a été arrêté dans l’immeuble où elle vit. Vous savez combien il contient d’appartement ? Trente-quatre ! On ne va pas rendre responsable chacun des habitants pour les agissements d’un seul. Cela aurait été tellement facile, n’est-ce pas, de penser qu’elle a été tuée parce qu’elle dealait. Ne transformez pas les victimes en coupable.
Je ne suis pas un artiste, reprit Guillaume, et je m’y connais plus en littérature ukrainienne qu’en sculpture – facile, me direz-vous. Donc cet « Angledur », mis à part qu’il a un pseudo à mourir de rire, cela ne me dit absolument rien.
En revanche, s’il est une personne qui est responsable de ma descente aux presque Enfers, de ma grosse déprime, ce n’est pas Mathilde, c’est la fille avec qui je suis sorti après elle, celle qui m’a trompée avec mon co-équipier. Et je déteste radoter. Ce n’est pas, et cela n’a jamais été mon enquête. Par contre, c’est la vôtre. Alors, lieutenant Daguerre…
– Oui, je sais ce qui me reste à faire.