Archives

Tous les articles pour la journée du 15 février 2019

Plan de romans ou pas

Publié 15 février 2019 par Sharon et Nunzi

Chalut

Comme ce sont les vacances, voici quelques idées d’intrigues de roman – ou pas – en lien – ou pas pour le numéro 2 avec ce qui est raconté (je pense aux pages « écriture ») sur ce blog le plus souvent.

Premier plan : Dragonne (pour les projets, choisissons des titres simples).

Il était une fois une dragonne qui était amoureux d’un dragon. Une dragonne qui crachait du feu et n’avait pas un très bon caractère. Seulement, le dragon était fiancé, puis marié avec dragonne 2, et papa de deux petites dragonnes. Qu’à cela ne tienne ! Découvrant que Dragonne 2 batifolait avec un autre dragon, Dragonne 1 se débrouilla tout en douceur, sans même un coup de pieds dans les écailles, pour que Dragonne 2 quitte le nid en laissant ses dragonnettes. Après une charmante petite danse nuptiale, elle convainquit le dragon… qu’elle ferait une excellente seconde épouse. Ou gouvernante. Enfin bref, ce qu’elle voulait, c’était vivre à ses côtés, combattre à ses côtés aussi pour défendre le nid, les dragonnettes, et leur colonie de dragons toute entière. Ils vécurent en combattant heureux et eurent encore plein de petits dragons.

Deuxième plan : vengeance (trouver un téléfilm ou une série télé sans vengeance, c’est rare).

Bidulette débarque à Trou paumé les Bruyères. Elle veut connaître ses origines parce que, parce que, parce qu’elle n’avait vraiment rien à faire et moi non plus c’est pour cette raison que j’invente cette histoire. Elle se rend donc dans la maison qu’elle a héritée de ses grands-parents qui la lui ont léguée parce qu’ils avaient d’autres héritiers mais bon, on s’en fiche, on ne les verra presque pas, ils ont autre chose à faire. Elle découvre donc qu’elle a été abandonnée à la naissance parce que (motif à trouver, il n’a pas besoin d’être valable). Elle rencontre cependant le grand amour en la personne d’un ermite dont l’ermitage est « pas loin ». Cependant, l’ermite est peut-être le fils d’un de ses pères putatifs (non parce que sinon, cela devient trop simple). Ils ne peuvent pas demander à ce brave homme parce qu’il souffre d’une amnésie post traumatique après avoir vu au cinéma le dernier mission impossible. Du coup, avant de concevoir des quadruplés, ils font un test pour savoir s’ils ne sont pas parents, ils ne le sont pas, ils conçoivent donc des quadruplés, ou plutôt des quadruplettes qui vont s’épanouir à Trou perdu les Bruyères (village voisin de Trou paumé des Bruyères). Et la vengeance ? Oh, là, là, je ne sais pas, peut-être que quelqu’un voudra récupérer l’héritage ou l’ermitage ?

Trois plan : héritage (oui, je sais, ce n’est pas varié).

Biduline et Bidula reçoivent une lettre : leur grand-mère biologique souhaite les rencontrer avant de mourir. Après s’être concertées, les deux soeurs, abandonnées à l’âge d’un an pour l’une, d’un mois pour l’autre, décident que non, sans façon, elles n’ont pas envie de la rencontrer, puisque leur grand-mère n’a rien fait pour les garder par devers elle. Elles lui répondent avec cette question : comment a-t-elle fait pour les retrouver ? Bien sûr, pas de réponse, si ce n’est une nouvelle invitation. Toujours « non, sans façon, on n’a pas franchement envie de venir ». Non, parce que, dans les romans, les enfants adoptés sont toujours des professions géniales, ils sont soit médecin, soit avocat, et ont des parents merveilleux. Biduline et Bidula ont des parents merveilleux et des professions originales : Biduline est professeur de yoga, Bidula est naturopathe. Et pourquoi pas ? ce n’est pas plus bizarre que de voir une brillante chirurgienne … de 25 ans. L’histoire s’arrête donc là, même si Biduline et Bidula ont affirmé à leur grand-mère que, si elle voulait leur rendre visite dans la charmante petite ville où elles demeuraient, elles seraient ravies.