Archives

Tous les articles pour la journée du 7 février 2019

Et pendant ce temps, toujours au Tas de pierre

Publié 7 février 2019 par Sharon et Nunzi

L’illustre écrivain est tout sauf content de ce qu’il écrivait.
– J’ai l’impression d’avoir pondu un gros tas d’âneries dignes d’une série télévisée low cost. Et encore, je suis extrêmement indulgent avec ma personne, parce que, le point positif, c’est que j’ai écrit des pages et des pages. Vous ne trouverez jamais un manuel d’écriture qui vous expliquera comment écrire une histoire de fantômes en étant crédible. Puis, je n’arrête pas de faire des cauchemars, enfin, des cauchemars, des rêves bizarres. Je suis choisi pour présenter en direct le concours de l’Eurovision de la chanson, moi qui ne sais pas distinguer un do d’un sol !
– Vous avez le sens du rythme, c’est déjà ça !
– Oui, mais commenter le rôle de la batterie ne devrait pas intéresser les millions de téléspectateurs qui vont regarder ce show. Téléspectateurs dont je ne ferai pas partie.
– Moi non plus. Aucun joueur de cornemuse n’a jamais été sélectionné pour participer. C’est tellement absurde d’utiliser ce prétexte que personne ne me questionne davantage.
– J’ai rêvé aussi que je faisais du surf à Hawaï, moi qui suis sportif comme un oreiller. Il est une seule intrigue dont j’ai à peu près la fin dans mon roman, et vous allez me dire si elle tient la route : celle de Julita.
– Allez-y.
– Julita veut s’enfuir, là, c’est une évidence. Elle veut quitter sa famille qui l’étouffe et décide toujours tout pour elle. Elle part pour la zone libre mais sans le dire à personne. Elle est donc officiellement « portée disparue », et un corps non identifiée, celui d’Emma, est identifiée à tort comme étant celui de Julita. Cette dernière n’en sait pas plus, et part pour l’Angleterre. Pourquoi ? Parce que ce pays l’a toujours fait rêver, c’est en tout cas ce qu’elle dit à sa soeur. Là bas, elle mène une vie parfaitement normale, se marie, a sans doute des enfants, écrit à sa soeur qui lui cache qu’elle est déclarée morte.
– Ou bien sa soeur est sa complice et a aidée à la faire déclarer morte.
– Ce qui explique pourquoi elles ont réussi à correspondre leur vie durante. Je ne dis pas qu’il était facile de partir en Angleterre pendant la guerre, je dis simplement que c’était faisable.
– Surtout qu’au moment de la mort d’Emma, nous étions en guerre, véritablement : l’amnistie n’avait pas été signée.
Le grand écrivain faillit dire à Percy qu’il n’était pas français, quand il se rendit compte qu’il allait faire une gaffe : la mère de Percy est française, et Percy avait la double nationalité franco-anglaise – à défaut de franco-écossaise.