Guillaume Berthier – le retour – ou pas

Publié 10 décembre 2018 par Sharon et Nunzi

Sinistre ? Si vous tenez à cet adjectif, oui.
Vous pouvez aussi ne pas lire ces lignes.
Antoine, ce cher Antoine, ce lieutenant déchu – terme que l’on n’utilise que pour les anges – n’avait plus de famille. Il a donc chargé son commandant – son ancien commandant – de se charger de lui, après sa mort.
Ce sont ces mots.
Avez-vous déjà dû faire respecter les dernières volontés d’un être cher ?
Alors vous comprendrez que trouver une place au cimetière, organiser une cérémonie pour quelqu’un dont vous savez déjà que vous ne savez pas grand chose.
Une veillée funèbre – sans presque personne.
Un enterrement – avec des collègues.
Une tombe refermée.

Guillaume ne savait plus s’il était en colère ou seulement épuisé de tristesse. Il aurait préféré la tristesse, la colère commençait à monter, lui qui ne se souvenait pas avoir jamais été réellement dominé par ce sentiment.

Il aurait aimé que le fantôme d’Antoine lui apparaisse.
Pour lui dire tout ce qu’il avait sur le coeur.
Peut-être le fantôme d’Antoine aurait fui très vite.
Peut-être était-ce pour cette raison qu’il ne se montrait pas.
Ou peut-être avait-il trouvé le repos qui fuyait tant Guillaume.

Guillaume avait l’intuition qu’il n’en avait plus pour longtemps.
Une intuition, comme ça.
Comme si le temps lui était compté.
Ne pas voir grandir ses filles, c’est ce qui le minait le plus dans cette intuition.

Et cette colère, diffuse, constamment.

Alors il mit son manteau, prit sa voiture, et retourna marcher dans la forêt de Bohort.
A proximité, plutôt.
Là où le corps de Diane d’Asmodée avait été retrouvé.
Ce qu’il en restait plutôt.

Qu’espérait-il, Guillaume, en marchant ainsi ? Rien. Pas grand chose. Un indice. Un souffle.
Il gagna la clairière, pompeusement rebaptisée « aire de pique-nique » pour cause de banc et de tables. Il s’assit, respira un bon coup, réfléchit.

Il ne vit pas le coup venir. Il sentit simplement la douleur dans le dos. Il ne pensait pas que cela finirait ainsi.

Publicités

Un commentaire sur “Guillaume Berthier – le retour – ou pas

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :