Introspection – Guillaume Berthier, le retour

Publié 1 décembre 2018 par Sharon et Nunzi

Vie paisible.
C’est ce que l’on pourrait dire.
Instructeur détaché à la police, etc, etc…
Vie sans danger.
On ne risque pas grand chose.
Quel ennui.
– Pourquoi vous avez cessé d’être flic ?
– Commandant, pas flic.
On ne cesse jamais en fait.
Guillaume se tournait et se retournait sur le canapé.
Non, il n’était pas là pour cause de scène de ménage.
Alice et leurs filles étaient chez son frère, pour le week-end. Un long week-end, du vendredi soir au lundi matin.
Ce n’était pas les affaires résolues qui le rongeaient, non, c’était celles qu’il n’avait pu résoudre.
Certes, il n’était pas chargé de toutes. Il avait été dessaisi de l’enquête quand son cousin Benjamin s’était retrouvé le premier suspect. Il n’était plus suspect, non, mais on ne savait toujours pas qui avait tué cette actrice dont le talent était moindre. On savait qui avait agressé Benjamin et l’avait plongé quinze jours dans le comas. Maigre consolation.
Jamais n’avait été trouvé non plus celui qui avait agressé sa soeur. La piste trouvée s’était vite refroidie. Guillaume n’était pas assez égocentré pour penser que quelqu’un lui en voulait à lui, personnellement. Il ressentait cependant que la violence qu’il côtoyait dans son métier avait fait irruption dans sa vie personnelle.
Restait la dernière affaire, celle qu’il n’avait pu résoudre, et que, d’ailleurs, personne ne se donnait réellement la peine de résoudre.
Et un autre demi-tour sur le canapé.
Ce n’était pas la peine de lui dire de ne pas s’en faire, et d’ailleurs, Aliénor, qui le connaissait bien, ne le lui avait jamais dit.
S’il pensait à ses affaires-là, c’est pour éviter de penser à la lettre qu’il avait reçu ce matin.
Si elle était arrivée hier, il aurait demandé à Alice de rester – ou peut-être pas.
Antoine, son ancien lieutenant, était mort. Il n’avait pas de famille. C’était Guillaume qui était chargé de faire respecter ses dernières volontés. Très soignées, très précises. mMerci Antoine d’avoir pensé à moi.
Antoine. Pas mort en service, non, mort en prison pour tentatives d’homicide volontaire.
Guillaume se préférait apathique, sinon, il laisserait la colère, qu’il n’avait pourtant jamais éprouvé jusqu’à présent, le déborder.
Guillaume avait choisi la vie de tout temps. Malgré tout.
Résister à la tentation d’en parler à Imogène, qui préparait le mariage de sa petite soeur « bien plus simple que celui d’Elinor »;
Résister à la tentation d’en parler à Percy.
Résister à la tentation d’en parler tout court.

2 commentaires sur “Introspection – Guillaume Berthier, le retour

  • Votre commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

    Photo Google

    Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

    Connexion à %s

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

    %d blogueurs aiment cette page :