Souci(s) au Tas de pierre

Publié 25 septembre 2018 par Sharon et Nunzi

L’illustre écrivain sentait bien que quelque chose n’allait pas. Perceval Mckellen était plutôt morose. Il ne lui avait même pas demandé des nouvelles de l’écriture de son roman, ce qu’il ne manquait pas de faire régulièrement.
Autre preuve que cela n’allait pas : Percy avait dîné de porridge. De porridge ! ll fallait vraiment que cela aille mal pour qu’il se cuisine cette nourriture doudou qu’Illustre jugeait, et bien il faut le dire, proprement immangeable ! Même Winston semblait à plat, peut-être était-ce lui qui était souffrant !
– Winston dort profondément.
– Il n’a pas de soucis, lui.
Le silence qui suivit était aussi épais que de la purée de pois.
– Elinor se remarie.

Illustre se hasarda à dire que c’était plutôt une bonne nouvelle, non ? Puis, Lavinia s’était mariée trois fois, non ?
– Pas pareil. Elinor épouse un ami de James. Oui, James, son premier mari.
Illustre en tomba de sa chaise au sens propre du terme.
– Je vois que vous avez parfaitement saisi le problème. Comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, le très sarcastique grand-père de Mathieu, le futur second mari de ma fille, affirme que nous sommes parents. Mieux ! Il prétend que Piper (soeur de Percy, mère d’Imogène, etc, etc…) a épousé un lointain cousin à nous. Je déteste la généalogie !
– On s’en fout un peu, non ? dit l’illustre écrivain, qui tentait de retrouver un peu de dignité – et une station debout équilibrée.
– Nous, oui, complètement. Visiblement, sa famille s’en moque un peu moins.

Mais Percy n’était pas au bout de ses surprises. En effet, Gladys, sa fille attachée de presse, lui envoya un mail « ur-gent ». Et oui, si l’illustre écrivain était devenu presque raisonnable, il est d’autres auteurs qui le sont moins. Tenez, prenez Thomas, estampillé « jeune espoir de la littérature française » était cependant sujet à des crises d’angoisse irréfléchie que l’on pouvait résumer en « j’irai pas » et autre « j’irai pas « (au salon du livre, donner cette interview, dédicacer dans cette librairie, etc, etc…). Comme Percy avait déjà fait merveille avec Alexandre Lebrun, pourquoi ne réussirait-il pas avec Thomas Pommier. Gladys était en route pour le Tas de Pierre avec son tout nouveau poulain.

Un commentaire sur “Souci(s) au Tas de pierre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :