Archives

Tous les articles pour la journée du 25 août 2018

Carnet du grand écrivain – 16

Publié 25 août 2018 par Sharon et Nunzi

X Extérieur nuit

Emma bondit. Cela fait beaucoup pour elle.
– Non !
– Il faut tout essayer, tous les fantômes que j’ai contactés, tous ceux que Charles a contactés sont bien d’accord : il ne s’est rien passé en 40 d’anormal à la ferme des Gambelin. Elle n’a même pas été bombardée, en 44 non plus. Vous n’avez pas été assassinée, et aucun cadavre n’a été enterré dans la cave.
Emma sursaute, veut parler, se tait.
– C’est une solution que certains trouvent pour se débarrasser d’un corps, un trou dans une cave, dans une terre non consacré. Je puis vous dire que si cela avait été le cas à Gamelin, je m’en serai rendu compte bien plus sûrement que je n’ai détecté votre présence. Cependant, j’ai cru m’être fourvoyé, j’ai donc vérifié. Vous êtes morte, nous n’y pouvons rien. Vous n’êtes pas morte par le feu ou par le fer, vous n’êtes pas morte empoisonnée, vous n’êtes pas morte de maladie, vous êtes morte parce que vous avez vu quelque chose qui vous a causé un choc tel que votre coeur a cessé de battre. Revoir ces images que vous avez enfouies depuis tant d’années devraient nous donner une piste sérieuse.

Emma s’est levée, ni Charles ni Hippolyte ne fait un geste pour la retenir. Elle marche jusqu’aux douves, puis revient. Toutes les fenêtres du château sont maintenant éteintes. Un cheval hennit au loin. Emma revient vers eux.
– Je suis d’accord.
[J’avais pensé écrire un chapitre sur le fait qu’Hippo demandait à Emma si elle était sûre que le corps qu’elle avait vu « descendre » était bien le sien. Elle disait que oui, c’était sa robe, son châle, elle avait bien reconnu son visage apaisé. Quelqu’un lui avait fermé les yeux, ce qui prouvait, malgré la substitution d’identité, que quelqu’un avait pris soin d’elle. Restait à définir l’identité de ce « quelqu’un » – ou de ces « quelques-uns ».
Je me suis ensuite interrogé sur le choix de ce terme « descendre », que j’utilisais depuis le début. Il est vrai qu’une dizaine de marches mènent de la cuisine à la cour. Cependant, la scène qui effraiera Emma, elle la verra de haut, de manière à passer inaperçue. Comment vais-je résoudre ce problème, assez léger au demeurant ?
Sinon… Je me demande si « Gamelin » est un si bon nom que cela. Surtout que, parfois, j’écris « Gambelin » – faute de frappe ou réelle envie de changer de nom ? A voir.]

Publicités