Carnet du grand écrivain – 9

Publié 30 juin 2018 par Sharon et Nunzi

J’ai fait quelques kilomètres à vélo sur la lande, j’avais besoin de me dérouiller les muscles et de m’aérer la cervelle.

J’avais laissé les fantômes au bord de la Seine, et maintenant, je me demande ce que je vais pouvoir faire. Ah ! J’ai une idée. Elle est lugubre, mais je ne veux pas tomber dans le travers : fantôme qui a pour mission de guider l’autre fantôme de l’autre côté. Il y a eu toute une série télévisée pour cela ! Un fantôme a le droit de vivre sa vie de fantôme (slogan).

IV Emma marche plus vite, devant Hippolyte. Ils remontent tous les deux une pente herbeuse (décidément, mon nouveau roman est très vert. Faire un roman vert sans utiliser les adjectifs verts). Elle marche vraiment très vite, Hippolyte s’en amuse. Elle pousse une porte, ils entrent dans un petit cimetière calme. Elle se dirige droit vers une tombe couverte de lierre, dont l’inscription est à demi effacée. Elle écarte le lierre de ses mains.
– Ma tombe.
– Je croyais que vous vous appeliez Emma Constance.[ne pas utiliser un ton étonné, mais celui de la constatation. Rien ne peut étonner Hippolyte, et il sait bien qu’Emma ne lui a pas menti, parce qu’un fantôme a beaucoup de mal à mentir, cela demande trop d’énergie].
– Oui. C’est ma tombe, mais ce n’est pas mon nom qui est dessus.
H s’écarte, un réflexe. Emma, elle, n’avait fait attention à la jeune femme qui se déplaçait dans le cimetière muni d’un appareil photo. Elle porte de longs cheveux réunis en chignon [Note : c’est un peu crétin ce que j’ai écrit, si on a un chignon, on n’a pas les cheveux courts]. Elle prend une photo de la tombe puis sort un carnet sur lequel elle prend des notes. Imogène donc
Ah miiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiince ! Zut alors ! Mais que vient faire la nièce de Percy dans mon intrigue ? Il va me fantomiser s’il constate que j’ai inclu sa nièce dans mon bouquin.
Tant pis, je changerai le prénom après, pour le déroulé de l’intrigue, je le garde, au moins, je saurai à quoi elle ressemble. Par contre, je ne me souviens pas avoir vu Imogène avec un pantalon de toile marron et un tee-shirt à manches courts beige.

5 commentaires sur “Carnet du grand écrivain – 9

  • Votre commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

    Photo Google

    Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

    Connexion à %s

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

    %d blogueurs aiment cette page :