Archives

Tous les articles pour la journée du 21 mai 2018

L’envers des carnets du grand écrivain

Publié 21 mai 2018 par Sharon et Nunzi

C’est bien que le grand écrivain écrive à nouveau à un rythme soutenu.
C’est peut-être un peu moins supportable pour ceux qui vivent à ses côtés.
Heureusement, Kellen Castle est vaste.
Illustre, comme le dit si bien Perceval, est relativement détendu.
– Je ne dis pas qu’écrire est facile, non. Je refuse la posture de l’écrivain qui affirme qu’écrire est une souffrance et qu’il faut vivre avec cette souffrance. Il est des moments pas marrants, des moments moins drôles que d’autres, mais la souffrance pure et dure, celle qui te fait te rouler en boule et te donne l’envie de ne plus bouger jusqu’à ce que cela passe – si tant est que cela passe – non. Je reconnais cependant qu’écrire sans enjeu, sans obligation de publier à telle ou telle date, c’est tout de même plus cool.

Tellement cool que l’écrivain mettait de la musique pour s’inspirer et du coup, Percy n’aimant pas vraiment ce qu’Illustre écoutait, il faisait de grands détours quand l’écrivain créait avec « aide musicale à l’appui ». N’oublions pas l’aide culinaire à l’appui, parce qu’illustre aime bien faire des gâteaux de temps en temps – en musique aussi, sinon, c’est moins drôle, affirme-t-il.

Heureusement, Illustre n’avait pas mis la main sur la batterie qui dormait dans une des salles du château (elle appartenait à Calpurnia, fille aînée de Percy, qui en avait beaucoup joué dans sa jeunesse, tout comme sa cousine Imogène). Percy pensait qu’il aurait été capable d’en jouer pour se défouler. Un grand écrivain ou un ado à la maison, ce n’est pas très différent.

Parfois, on a bien besoin d’une petite cornemuse avec soi.