Dans l’antre des chevaliers-dragons

Publié 1 juillet 2016 par Sharon et Nunzi

Si vous suivez le journal du louveteau du le blog de Sharon, vous savez ce qu’il est advenu de Boulduc, le dragonneau fugueur. Mais comment cela s’est-il passé du côté des chevaliers dragons ?
Ruby et Arthur de Saint-George, le chef d’escadre, avaient sillonné tout le royaume – rien. Aucune trace du dragonneau. Chimney, qui était de loin le meilleur traqueur de tous les dragons, n’avait rien senti, preuve que Boulduc était encore en vie, et qu’il était sans doute passé dans l’autre monde – celui des loups garous.

En apprenant la nouvelle, Anthelme Dacier (le soigneur un tout petit peu négligent) se fit encore plus petit qu’il ne l’était, ayant compté qu’il faudrait au moins qu’il confectionne cinq tonnes de fromage avant qu’Arthur Saint-George ne passe l’éponge sur l’incident.

Arthur et Ruby se retrouvèrent très vite près du pensionnat des louveteaux, que l’ancien alpha de la meute Sud les accusait d’avoir attaqué en enlevant deux louveteaux.

    – Absurde, commenta Arthur pendant que Chimney répandait la brume de camouflage sur eux.
    – Quelqu’un nous en veut et cherche à nous faire porter le chapeau, reste à savoir qui.
    – On s’y applique, précisa Arthur qui n’avait pas tardé à « ressentir » Chimney et désigna un ample bâtiment, tout au bout du pensionnat.
    – C’est là qu’ils le séquestrent ?
    – Je n’ai pas l’impression qu’il soit séquestré, dit Arthur, désignant deux adultes portant de vastes quantités de fromages dans leurs bras. Attendons un peu, j’ai hâte de voir la suite.
    Et il ne fut pas déçu quand il vit Boulduc sortir du hangar et s’envoler avec …. un louveteau sur le dos. Ruby fut horrifiée.
    – Pas encore, lui dit Arthur, mais tiens toi prête à une manoeuvre de ravissement. S’il ne nous suit pas de lui-même, nous passerons à l’encerclement.
    Ils n’en eurent pas besoin. Alors que le louveteau avait monté un camarade récalcitrant sur son dos, Boulduc réagit immédiatement en voyant Chimney et Draveille (les dragons d’Arthur et de Ruby) qui l’entouraient. IL les suivit mais ne voulait pas renoncer à sa cavalière (dit-il en dragonnien). Par contre, il larguerait bien l’autre gros balourd dans un arbre. Ainsi fut fait.
    Arthur était curieux d’observer à quel point le louveteau fille faisait corps avec Boulduc, qui s’était révélé. Tant mieux pour le dragonneau. Tant pis pour les loups-garous.

    Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :