Les plumes du 7 mai 2016

Publié 7 mai 2016 par Sharon et Nunzi

Perceval est tranquillement en vacances chez sa soeur Piper et son beau-frère Arthur, en Normandie, se partageant entre lecture (La femme en vert d’Indridason, Mauvaises eaux d’Inger Wolf) et promenade . Tranquillement ? Jusqu’à ce qu’il découvre un jeune homme dans le poirier, qui souhaite parler à Toby….

– Grimebeulbeul.

Non, ce n’est moi Nunzi qui ai sauté sur le clavier, c’est ce que disait Perceval en portant l’échelle. Il était en effet allé quérir Arthur, qui, scandalisé, avait refusé de tronçonner le poirier, et avait demandé à Percy de l’aider à faire descendre le téméraire jeune homme qui était coincé dans les branches. Note : si Percy réagissait aussi mal, c’est que, deux jours plus tôt, le petit ami de la quatrième fille d’Arthur avait agi de même, et s’était retrouvé coincé dans le poirier. Rempli de tremblements, la boule au ventre, ce couillon avait découvert ainsi avoir le vertige, lui qui se mourait d’amour pour la méchante Amaryllis, qui avait rompu pour « manque de maturité ». Étonnant, non ? Ce téméraire jeune homme avait reçu l’aide de Piper, pour descendre, et avait été tendrement sermonnée par Amaryllis, bouleversée par cette preuve d’amour. D’autant plus qu’il avait écrit un poème où il parlait de ‘l’étoile d’argent de leur amour » et de « l’adieu aux lisières de la sagesse polaire ». Beau comme un avion, ça, on vous le dit !

– Moi, je suis aurai collé un pain dans la gueule, un grand coup de cornemuse dans le bide, et on n’en parlait plus !
– Percy !
– Et je vais réveiller Toby sur le champ, nan mais ho !
– Je ne veux pas qu’il s’inquiète ! dit le jeune homme, qui venait de poser son pied sur le premier barreau.
– Et qui dois-je annoncer ? grogna Percy.
– Alexander …
– Stop ! Temps mort! hurla Percy, je vous interdis, vous m’entendez, je vous interdis de porter le même prénom que mon fils, c’est un cauchemar ! Et il est capable de me dire qu’il est lui aussi architecte d’intérieur !
Les cris de Percy auraient réveillé un mort, ils réveillèrent Toby qui, bien inspiré, ouvrit brusquement ses volets. Percy sursauta, lâcha l’échelle qui heurta le balcon, tandis qu’Alexander n’avait eu que le temps de se raccrocher aux branches.
– Mon amour !
Ça, c’était Toby, qui emprunta l’échelle, et monta chercher le vulnérable « mon amour » dans le poirier.
– Tu m’as fait une peur bleue !
D’autant plus que le jeune homme…. n’avait pas l’air très en forme. Il posa un genou à terre, sortit une boite de la poche de son jean et dit : « Toby, veux-tu être mon mari ?
– Oui ! »
Et Percy se dit que, finalement, ce n’était pas une si mauvaise journée, après tout.

Publicités

8 commentaires sur “Les plumes du 7 mai 2016

  • Ha ha génial le coup du poirier ! Je pense que j’aurais hurlé à la mort moi aussi s’il avait été question de le tronçonner ! Super, nous allons avoir un mariage gay ! ENFIN, devrais-je dire ! Percy est génial ! 😆

  • Joli feuilleton à épisodes !
    Faut avoir du talent pour reprendre la scène du poirier et embrayer sur le nouveau thème… et faut en avoir aussi , en tant que lecteur, pour raccrocher les morceaux…:-)

    A quand la « version intégrale » ?

  • j’arrive dans cette histoire comme un cheveu sur la soupe, ne comprends pas bien enfin oui, un peu et puis quelle importance, j’ai passé un moment joyeux à regarder le couillon dans le poirier, se débattre avec l’échelle et le volet intempestif 😀 Je suis ravie du dénouement, c’est une histoire formidable en somme ! 😉 😀 Et vive les mariés !

  • Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s

    %d blogueurs aiment cette page :