Les Plumes d’Asphodèle – 23 avril 2016

Publié 23 avril 2016 par Sharon et Nunzi

Voici ma participation aux Plumes d’Asphodèle. Les mots à placer étaient : Abeille, arabesque, ambre, arpenter, automobile, abricot, actif, azimuté, s’agenouiller, anamorphose, aimer, accroche-coeur, ajouter, affirmativement, approximatif, alléchant, ambiance, ahuri, agir, abreuver.

Perceval était en vacances, oui, en vacances, chez sa soeur Piper, en Normandie, et avait laissé la clef du Tas de pierre à Elinor et James, pour que ces deux ahuris décident enfin de l’avenir de leur mariage, dans une ambiance sereine et écossaise. Perceval, lui, se reposait vraiment. Entre deux épisodes d’Arabesques, il aidait sa soeur qui confectionnait d’alléchantes confitures d’abricot couleur d’ambre, s’agenouillait pour conter des contes approximatifs à  Sophia, Charisma, et Sorenza, ses petites-nièces, quand il ne relisait pas le dernier article écrit par ce cher Paul, Anamorphose des vampires.  Pendant qu’Arthur, son très actif beau-frère, rénovait une toute nouvelle mais antique automobile et que Winston, fidèle bouledogue complètement azimuté, s’abreuvait dans la gamelle des Terre-Neuve (la soif ne le quittait plus, ce pauvre petit, à croire que la Normandie l’asséchait), Percy arpentait le vaste jardin attenant à la maison, suivait le vol des abeilles, se disait qu’il ajouterait bien un ou deux pruniers dans le verger, sachant qu’une magnifique lignée de poirier parcourait le terrain de part en part et….
– Excusez-moi ….
D’où provenait cette voix ? Cela n’allait tout de même pas recommencer !
– Je suis coincé dans le poirier !
– Je le vois bien, mais qu’est-ce que vous foutez là ? Vous voulez cambrioler la maison de ma soeur ?
Percy se doutait bien que ce frêle jeune homme, à qui il ne manquait plus que des accroche-coeurs trempés dans l’eau des fontaines pour ressembler à un jeune premier, n’allait pas lui répondre affirmativement. Quand bien même, Perceval agirait en conséquence !
– Et bien, je voulais gagner le balcon là-bas, dit-il en désignant… et bien oui, un des balcons de la vaste façade.
– Jeune homme, il s’agit de la chambre de Toby, 33ans, ingénieur de son état.
– Ben justement…. Nous faisons de l’escrime ensemble et….
– Je ne veux rien savoir de plus ! Je fais chercher une tronçonneuse et vous faire descendre de là !

Publicités

32 commentaires sur “Les Plumes d’Asphodèle – 23 avril 2016

  • Hi hi, je suis ra-vie de retrouver Percy ! En Normandie (au climat sub-saharien mouarf ! 😀 ) ! Et la tronçonneuse pour faire descendre le jeune homme est un moyen extrême non ??? 😀 Trop court Nunzi, trop court !!! 😉

    • Pour un bouledogue à qui deux Terre-Neuve servent de colocataire, oui ! 😉 Percy est un adepte des méthodes extrêmes, plus jeune, il avait voulu poursuivre le fiancé de sa soeur avec une hache (il est devenu depuis son mari) mais comme le jeune homme n’avait pas eu peur, et bien Percy en a été quitte de sa poursuite !
      Après, cela aurait été un peu trop long ! 😉

  • Je n’ai pas compris grand-chose : je découvre tout, les personnages, le blog, vos noms en double, la situation dans l’arbre. Va falloir que je m’accroche. Je vais m’abonner à votre blog pour pouvoir vous suivre. Ca sert à ça, les Plumes d’Aspho : découvrir d’autres univers azimutés !

    • Bonjour Anne
      Tout d’abord, il y a deux blogs, le mien et celui de Sharon, mais, pour répondre aux commentaires venant de l’administration, nous n’avons pas trouvé moyen de « désolidariser » les deux noms. Sharon participe plus rarement que moi – même si Sharon est derrière moi pour des raisons évidentes – et les personnages vont et viennent d’un écrit à l’autre.
      Là pourtant, le texte a été relativement sage : pas de vampires, pas de loups-garous, pas de métamorphes, ce qui explique le calme relatif de Percy. Je crois que les personnages ont été crée il y a quatre ans.
      Merci de ta visite !

  • Pour quelqu’un qui est parti en vacances, prendre un peu de bon temps, il n’est pas bien inspiré de commencer avec une tronçonneuse pour zigouiller un arbre. Et dire qu’il pensait plutôt planter un ou deux pruniers. Un joli texte, s’il y’a une suite comme le disait la dame Célestine, aux sensations fortes. Bonne journée

  • Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s

    %d blogueurs aiment cette page :