Archives

Tous les articles du mois de décembre 2015

Les plumes d’Asphodèle – 19 décembre 2015

Publié 19 décembre 2015 par Sharon et Nunzi

Voici les plumes de retour ! Les mots à insérer étaient : Espoir, guimauve, comédie, musique, plage, liaison, mièvre, baragouinage, égalité, classique, chanson, inspiration, balai, (essuie-glace : facultatif), navet, louche, roman, abracadabrantesque (facultatif), amoureux(se) et batifoler.

Etre une fée, ce n’est pas facile, surtout de nos jours ! Ah, du temps d’Honoré d’Urfé et de ses romans champêtres, quand les princes déguisés en berger batifolaient dans les prés et épousaient des bergères (un grand classique), lancer le sortilège Chabada, c’était facile. Pour tous ceux qui ne connaissent pas ce sort, il consiste à faciliter les liaisons amoureuses qui rencontrent des obstacles insurmontables. Un petit chabada en musique apporte un grand coup de balai sur les obstacles. L’espoir revient !

En 2015, je ne me sens vraiment pas à égalité avec mes illustres devancières. Je suis dans toutes les histoires abracadabrantesques, les princes qui cherchent des princes et des princesses, oui, vous m’avez bien suivi, qui cherchent des princesses. Rien de mièvre, et mes collègues dont la guimauve est le quotidien m’envient presque, surtout quand elles ont affaire à une princesse (véridique) qui dit à son prince : « Je t’aime presque autant que les chips au bacon ». Je vous épargne le baragouinage des princes qui ont eu leur console de jeu comme premier amour. On a beau connaître la chanson (moderne), ces petits jeunes manquent sacrément d’inspiration !

Je vous laisse, je file à la plage. Non, je ne suis pas en vacances, je dois rabibocher deux maîtres-nageurs qui n’ont pas encore compris qu’ils étaient faits l’un pour l’autre. Ensuite, direction le grand restaurant du casino, pour éviter que le chef cuisiner ne jette quelques navets, carottes, cuillères, louches et autres ustensiles sur son second, manière comme une autre de lui montrer ses sentiments.

Il me plaît : il a bien fait d’invoquer la fée Roce.

Galopin et Lisette Galipette

Publié 14 décembre 2015 par Sharon et Nunzi

Galopin aime beaucoup Lisette Galipette. Il lui fait même du charme ! Voici la preuve, en image :

Lisette est-elle sensible à cette approche ? Difficile à dire !

Ils sont en tout cas très bien face à face.

Bon lundi à tous !

Chablis en rose

Publié 13 décembre 2015 par Sharon et Nunzi

Bonjour à tous.

Pour ce dimanche matin, je vous propose un montage photo mettant Chablis en valeur. La photo a été prise le 12 décembre 2015.

Bon dimanche à tous.

Dormir ou pas.

Publié 12 décembre 2015 par Sharon et Nunzi

Lisette Galipette est particulièrement active – pas autant que Galopin, je vous rassure. Elle est cependant très éveillée :

Elle s’endort très facilement :

Et se réveille tout aussi facilement :

Très combattive, elle essaie sur cette image d’impressionner  … un morceau de petit beurre.

Bon samedi à tous !

Lisette et la télévision

Publié 10 décembre 2015 par Sharon et Nunzi

Comme Galopin, comme Vitamine, Lisette aime la télévision. Voici la preuve en images :

Elle n’a pas encore compris le concept de « il ne faut pas toucher ». Là, encore, ce n’était pas trop grave mais elle a aussi mis la patte sur un tigre en mouvements.

Bonne journée à tous !

En salle des professeurs au pensionnat des louveteaux

Publié 5 décembre 2015 par Sharon et Nunzi

Madame Cobert est arrivée au collège avec son nouveau véhicule. Et monsieur Catarel a découvert… que le principal était gay.

– Ja, ja, ja…
– Oui, Catarel, dit monsieur Trukenski, qu’est-ce qui se passe ?
– Pourquoi personne ne m’a dit que le principal était gay ?
– Et toi, tu nous as dit que tu étais hétéro ?
– J’ai dormi sous une tente avec lui ! hurla-t-il.
– Ne t’inquiète, tu n’es pas du tout son genre.
– Et qu’est-ce que tu en sais ?
– Il ne mélange pas le travail et la vie privée, dirent en choeur tous les professeurs présents.

Mercredi matin au pensionnat des louveteaux

Publié 4 décembre 2015 par Sharon et Nunzi

Le pensionnat des louveteaux est calme. Ou presque.

Nous sommes mercredi, journée calme et ordinaire dans le magnifique pensionnat des louveteaux. Gaël de Nanterry est dans son logement de fonction, dans la cuisine, pour être précis, en train de préparer le petit déjeuner. Soudain, on frappe à la porte. Benjamin, compagnon de Gaël (pourquoi cacher la vérité) va ouvrir la porte.
– Ja, ja, ja, ja, ja.
– Bonjour, je suppose que vous êtes le professeur d’allemand ? Moi, c’est Benjamin. Vous voulez voir monsieur de Nanterry.
– Y’a un tank dans la cour du collège ! hurla monsieur Catarel (et oui, encore lui).
Gaël vint, alerté par les cris.
– Ah, madame Cobert a reçu son nouveau véhicule ! Merveilleux, je file le voir.

Dans la cour, madame Lecerf félicitait chaleureusement sa collègue. Quel superbe modèle, bravo, bien choisi ! Madame Alma ne voit pas le tank, il faut presque lui mettre le nez dessus (pas facile, pour un fantôme) pour qu’elle le voit. Quant à Gaël…
– Splendide ! Vraiment. Je crois que je vais acheter le même.