Le pensionnant des louveteaux n’est pas de tout repos.

Publié 30 novembre 2015 par Sharon et Nunzi

Gaël de Nanterry est le directeur par intérim depuis tellement longtemps qu’il a l’impression qu’il le sera encore à l’heure de la retraite lupine – soit vers 120 ans, à peu près. Monsieur Chépukoi, nouveau professeur et ex de Gaël, a su se faire très discret – sauf le soir où il a frappé à la porte du logement de fonction de Gaël et où il est tombé nez à nez avec Benjamin, en peignoir, qui a non seulement rétabli le système informatique du pensionnat dans son intégralité, mais a su également capturé le coeur de Gaël. Ce n’est pas que les bras en sont tombés, à ce cher Silas, c’est plutôt tout ce qu’il portait dans les bras. Au moins, maintenant, il sait à quoi s’en tenir.

à Nina moutons automneSinon, pour revenir à nos moutons, il ne faut pas s’attendre à une journée calme et tranquille au collège, ce serait vraiment, mais alors vraiment trop demandé.
– Platon a disparu !
Non, nous ne parlons pas du philosophe, nous parlons d’Eric Platon, professeur de latin pas très en forme en ce moment.
– Il a fini sa journée de cours, il est peut-être rentré chez lui !
– Sa voiture est toujours là !
Recherches effectuées, monsieur Platon a eu un gros coup de fatigue, a poussé une porte, cherchant un local où faire la sieste, et …. s’est endormi sur une pile de dictionnaire. Ce sont des choses qui arrivent.
Madame Alma, elle, a tenu à rendre visite à plusieurs reprises à son amie madame Cobert. Il faudrait juste qu’elle arrête d’entrer et sortir sans arrêt, les élèves se plaignent des courants d’air.
– Le nouveau Pouic est arrivé !
Monsieur Catarel regarda son éminent collègue d’EPS, interrogatif.
– Monsieur et madame Pouic se sont donnés une mission : repeupler la meute, expliqua monsieur Trukenski. Tous les deux ans, un ou deux petits Pouic voit le jour. Cette année, c’est François Pouic qui est entré en 6e, une petite crevette lupine constellée de taches de rousseurs. Il vient d’annoncer la naissance de Surdorée Pouic, la toute petite dernière. La famille Pouic au grand complet – une douzaine de louveteaux à ce jour – est attendue pour la remise des prix.
– On est mort.
– On est cuit.
– J’ai l’impression d’entendre les 3e Bleu ! s’exclama madame Cobert. Allons, les garçons, un peu de courage !

Publicités

10 commentaires sur “Le pensionnant des louveteaux n’est pas de tout repos.

  • Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s

    %d blogueurs aiment cette page :