Kellen Castle II

Publié 13 mai 2015 par Sharon et Nunzi

a Nina moutons écossais de printempsL’illustre écrivain est caché dans le cellier, par peur de Bruno Lescalier, journaliste, qui vient d’arriver à Kellen Castle. Cette peur est-elle justifiée?

– C’est d’un calme, ici, exactement ce qu’il me faut.

Bruno Lescalier était assis dans le fauteuil précédemment occupé par l’illustre écrivain. Il sirotait une tasse de thé, tout en dégustant des biscuits authentiquement écossais.

– C’est une connaissance commune qui m’a recommandé cet endroit : Guillaume Berthier. Il m’a dit que ce serait vraiment reposant, calme, avec seulement des moutons et des chiens « un peu space » comme voisin.

– Vous êtes… journaliste ?

– Oui. Jusque novembre, j’étais même chroniqueur judiciaire. Un malencontreux incident fait que l’on m’a confié la rubrique culturelle.

– ????

– Je connaissais les habitudes d’Hectoria de Magny, la divisionnaire. Je me suis donc dit que si je voulais des nouvelles vraiment fraîches de l’affaire, il fallait que je vienne presque à l’aube au commissariat. Je montais les marches pour l’interroger, histoire de pouvoir mettre dans la prochaine édition que la police se refuse à tout commentaire, quand « boum » ! On nous tira dessus, sur moi, sur Hectoria, et sur Guillaume Berthier. Pas de bol : j’ai été le seul touché, preuve que le tireur visait vraiment très mal. J’ai donc écrit des articles sur ce qui s’est passé, sur mon hospitalisation et sur ma convalescence. Mon rédacteur en chef était ravi, moi nettement moins, j’ai donc demandé un poste moins exposé et je me suis retrouvé chef de la rubrique culturelle. La rubrique garantie sans danger. Mais alors, qu’est-ce que je m’ennuie ! J’ai posé mes congés, je cherchais où aller, et là : signe du destin ! Guillaume Berthier me parle de votre chambre d’hôte, et j’apprends qu’Alexandre Legrand ne veut plus jamais, jamais y retourner. J’avais donc la certitude que cet illustre andouille n’allait pas s’y trouver (on entendit un bruit de chute dans le cellier) et que j’aurai la paix.

– Vous …le… connaissez ? toussota Perceval.

– Je l’ai interviewé, après avoir lu son dernier livre, qui devrait être vendu avec des tranquillisants, tellement il est désespérant (encore un bruit de chute dans le cellier). L’interview s’est mal passée, il m’a qualifié de « petit journaliste de proximité miteux ». Je lui ai répondu qu’il abusait des expansions du nom, d’une part, et qu’il en fallait, des journalistes de proximité ! Tous les journalistes n’ont pas l’envie ou le courage de devenir grand reporter, et je n’ai pas la bassesse d’être chasseur de scoop pour un torchon. J’ai toujours préféré parler de la toute nouvelle exposition de peinture d’un artiste local plutôt que de détailler les dernières frasques de telle pseudo vedette. Enfin, je vais pouvoir me reposer, c’est tout ce que je demande. (toujours un bruit de chute dans le cellier, et là, Bruno eut un regard interrogateur).

– J’espère que mon bouledogue n’y est pas enfermé par accident. Je vais voir tout de suite. [Note : Winston dormait paisiblement dans la chambre de son maître, et il faisait nettement moins de bruit qu’un illustre écrivain pris en défaut].

a Nina moutons en rang !

Publicités

3 commentaires sur “Kellen Castle II

  • Manquait plus qu’un journaliste qui s’appelle « Lescalier » ! Warf ! On se demande dans quel état on va retrouver le cellier !!! 😀 J’ai ri (en me retenant, rire est problématique en ce moment ^^)…

  • Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s

    %d blogueurs aiment cette page :