Les plumes d’Asphodèle du 1er mars

Publié 1 mars 2014 par Sharon et Nunzi

c3a9critoire-vanishingintoclouds3Les mots à placer étaient Inconnu, nostalgie, rivages, différence, dépaysement, horizon, recommencer, mutation, ailleurs, lointain, voyage, insouciance, oublier, découverte, chimérique, aventure, soleil, distance, ici, asphalte, abandonner, améthyste.

Mon résumé : Guillaume est rentré en France, apte à recommencer son métier de policier. Il pense qu’Imogène a des soucis au cabinet de Magny. Il ne sait pas ce qui l’attend.

J’avais quitté les lointains rivages écossais pour mon appartement bourguignon. Je ne rêvais plus de mutation, je finirai ma carrière (le mot me faisait toujours rire) à ce poste, auprès des miens. J’en étais là de mes projets chimériques quand je regagnai mon appartement.

Imogène m’ouvrit la porte. Je notais tout de suite l’inquiétude dans son regard, qui l’interdit de lui dire avec insouciance : « pas si graves, tes problèmes, puisque tu es ici.  Au fait, le voyage s’est bien passé. » J’entrai, me retrouvai dans mon bureau, et vis l’ostrogoth qui partageait la vie de Juliette, ma sœur. Il était prostré sur une chaise, les yeux fixant l’horizon. Debout, non loin de lui, se tenait Russel. Puis, la voix d’Imogène s’éleva.

      Juliette a disparu.

      Depuis quand ?

Je crois que j’ai hurlé ses deux mots. Russel me toucha le bras. Gare à lui s’il comptait m’apaiser ou m’hypnotiser.

      Le problème est là : dix jours.

      Pourquoi ne m’avez-vous pas prévenu plus tôt ?

      Parce que nous ne l’avons appris que hier matin.

Au cabinet de Magny, elle avait reçu la visite d’Arnaud. Depuis huit jours, Juliette n’avait plus donné signe de vie. Arnaud et elle s’étaient disputés, elle avait claqué la porte de son appartement. Il avait attendu qu’elle fasse le premier pas. Cinq jours. Comme il se refusait à appeler un portable par souci écologique, il s’était rendu à son lieu de travail. Juliette ne s’était pas présentée depuis ce qu’il fallait bien nommer sa disparition. Il avait encore attendu quatre jours avant d’en parler à Imogène.

      Pourquoi vous ? Il aurait pu m’appeler ! Il aurait pu prévenir maman.  Vous êtes quasiment des inconnus pour Juliette.

Imogène se recula, comme si je l’avais giflée.

      Comme il vous plaira.

Ses yeux bleus se durcirent, se teintant d’Améthyste, sa voix sembla venir d’ailleurs, soudain plus grave – et sarcastique.

      Arnaud pensait qu’elle avait envie de dépaysement, d’aventure. Marre de l’asphalte, de la nostalgie à deux balles. Besoin d’oublier certains faits, d’abandonner certaines choses, de mettre de la distance entre elle et ses origines. Non ! cria-t-elle, je sais ce que tu penses, je sais que tu as envie de lui coller une gifle monumentale. Quelle différence ? Il est simplement stupide et lâche. Et toi, puéril.

      Et avoir voulu me ménager, ce n’était pas puéril, peut-être ?

      Ce n’était pas notre idée, dit Russel. Par contre, nous avons sondé l’esprit d’Arnaud, et il n’est strictement pour rien dans la disparition de Juliette. Je lui ai également appliqué un petit traitement pour qu’il oublie tout de notre entretien.

      Et c’était l’idée de qui ? vociférai-je – un vampire et une chasseuse de fantômes écossaise qui me faisait la morale.

      La personne qui a signalé la disparition de ta sœur à tes collègues qui lui ont dit que Juliette était majeure et faisait ce qu’elle voulait. La personne que j’ai accompagnée dans les hôpitaux, à la morgue, pour la soutenir en cas de découverte funeste. Ta mère, dit elle en détachant chaque syllabe.

      Nous n’avons rien trouvé, ni dans le monde des vivants, ni dans celui des morts. Rien, pas de traces. Je suis prête à recommencer mes recherches. Avec toi.

Publicités

19 commentaires sur “Les plumes d’Asphodèle du 1er mars

  • Encore un rebondissement dont tu as le secret. 😉 La disparition de Juliette relance l’intrigue de belle manière. 😀 La pauvre. 😉 J’espère que Guillaume va vite la retrouver. 😀
    Bises 😀

  • Si Juliette est nulle part, ni dans le monde des vivants, ni dans celui des morts, alors, Nunzi, te voilà dans une impasse ? 😉
    Quelle aventure 😆
    Caresses rien que pour toi, jolie Minette

  • Entre deux hum…. personnellement je connais l’Entremonts, c’est du fromage, l’Entre deux mers , c’est du vin mais entre deux mondes je n’ai jamais goûté hihi!!!
    Et bien il ne me reste plus qu’à attendre la suite!!!!
    Bises câlines!!!!
    Domi.

    • Et pourtant, j’ai lu plusieurs livres qui exploitent ce potentiel… Les fantômes, les vampires appartiennent à ce « troisième monde ». Mais il reste encore d’autres explications possibles, heureusement.
      Ronrons affectueux.

  • Répondre

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

    Photo Google

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

    Connexion à %s

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

    %d blogueurs aiment cette page :