Les plumes d’Asphodèle : création.

Publié 4 janvier 2014 par Sharon et Nunzi

logo-plumes2-lylouanne-tumblr-comVoici ma participation aux Plumes d’Asphodèle : création. Guillaume Berthier se remet d’une légère indigestion, après son arrivée à Arcy, château familiale des… d’Arcy.  Il nous raconte maintenant son réveillon.

 Si j’ai passé un bon réveillon du 31 ? C’est la question que tout le monde me pose. Disons que… le réveillon du 31 a été remis à une date ultérieure, à cause des turbulences que nous avons traversées en ce jour. Nous nous sommes tous couchés à neuf heures, et avons mis nos portables, réveils à sonner à minuit moins dix, pour être sûrs d’être à peu près lucides.

30 décembre, 22 heures : le cousin James, fan de bouledogues, tient à me tenir compagnie. Je vais un peu mieux, mais cela ne durera pas s’il continue à me dire qu’il a mangé le cheese-cake en entier, et qu’il se porte comme un charme, lui, car il s’est limité à un unique gâteau. Il a le don de m’énerver.

 22 h 30 : les gâteaux ont tous été confectionnés par Perceval et Thomas (l’intendant du château). Ce sont des artistes culinaires ! Des créateurs gastronomes ! Je crois que je vais lui balancer à la tronche un de mes oreillers.

22 h 45 : oreiller balancé.

          Je suis très heureux que tu ailles mieux, je peux regagner ma chambre maintenant. Gros poutou !

 31 décembre, 1 heure du matin : je me réveille en sursaut. Mes douleurs sont oubliées, tant le bruit fut violent. Je me lève, sors dans le couloir, et constate que je ne suis pas le seul, presque tous les d’Arcy sont là.

          Ce n’est pas de chance, grommela Perceval (je reconnus sa voix). D’abord ma chaudière, ensuite votre réfrigérateur.

Pour vous résumer la situation, Sarah (Saint-Bernard) a été ravie de revoir Moonacre, (terre-neuve). Elle a couru vers lui, il était devant le réfrigérateur, qui n’a désormais plus de porte. Leurs retrouvailles furent agitées.

 31 décembre, 2 heures du matin : Toby dort dans la chambre à côté de la mienne. Son terre-neuve aussi. Je me demande lequel des deux ronfle aussi fort. Réflexions faites, ils ronflent tous les deux.

3 heures du matin : Je me lève, et fais la bêtise de regarder par la porte-fenêtre (ma chambre, comme ses trois voisines, donne sur un immense balcon). Je bondis : d’énormes masses noires se meuvent dans la nuit.

Je respire un bon coup : Imogène et l’un de ses frères effectuent une promenade nocturne avec trois des chiens de la maisonnée. Moi qui ne pouvais pas voir les chiens en peinture, je m’améliore.

4 heures du matin : Un choc violent au-dessus de ma tête me fait me dresser sur mon lit. Je ressors dans le couloir, suivi par deux des frères d’Imogène et son cousin James.

          Qu’est-ce qui a bien pu tomber sur le toit ? Un tronc d’arbre ?

          Des visiteurs d’un autre monde ? Après tout, nous ne sommes pas seuls dans l’univers.

Russel nous fait signe de nous taire. Il écoutait. A notre décharge, nous n’entendons strictement rien, sauf que… le téléphone retentit sans discrétion non loin de nous.

 –          Ce n’était vraiment pas le moment !

Le service de sécurité des distilleries d’Arcy a contacté Pérégrine : quelqu’un s’est introduit dans le bâtiment 1 (les cambrioleurs du dernier jour, une innovation). Le temps que les agents arrivent, les intrus avaient pris la tangente.

          Nous avons regardé les vidéos de surveillance (une belle invention !) et nous avons vu une porte s’ouvrir, mais personne n’est entré ou sorti. Le mystère s’épaissit.

 4 h 10 : Je suis vautré sur un des canapés, coincé entre trois bouledogues baveux. Perceval, Pérégrine et Arthur discutent dans le bureau. J’espère être en plein cauchemar, parce que je crains que la réalité ne soit pire.

4 h 15 : mes cauchemars se confirment. On frappe à la porte.

4 h 30 : je vous résume la situation. Je suis dans le petit salon avec Percy, Alexander et Imogène car, d’après Pérégrine, « vous êtes les mieux placés pour résoudre ce souci ».

Vous vous souvenez de Jonathan, le vampire caractériel ? Il est là, et il est dans un sale état. Il est accompagné par Simon le Rouquin, à qui Percy demande s’il ne peut pas jeter un petit coup d’œil à la chaudière, puisqu’il est là. Jaimie est là aussi, et il fait la gueule (passez-moi l’expression).

Après une énième dispute, Jonathan a trouvé marrant d’aller se promener dans la distillerie de ses hôtes (et oui, Percy a relogé les vampires dans l’annexe de château d’Arcy). La porte ne leur a opposé aucune résistance, les cuves non plus.

Jaimie a mis un certain temps à le secourir.

Croyez-moi, un vampire mariné dans du whisky, ce n’est pas beau à voir –ni à renifler.

16 commentaires sur “Les plumes d’Asphodèle : création.

  • Ha ha ha, quel réveillon, à la hauteur du reste ! Je compatis pour l’odeur de whisky, ça me fait vomir illico !!! Pour ceuss qui ne voulaient pas le fêter, ils ont été plutôt bien servis ! A vot’ bon coeur ! Bravo Nunzi vu les circonstances d’écriture !!!! 😆

  • Si les vampires se noient dans le Whisky, ça ne doit effectivement pas être beau à voir. 😆 Pourtant, ça conserve, non ? 😉 C’est toujours aussi animé au Tas de Pierre ? 😉 J’adore ! 😀
    Au fait, comment va Ghivenchy ?

  • Votre commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

    Photo Google

    Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

    Connexion à %s

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

    %d blogueurs aiment cette page :