Archives

Tous les articles pour la journée du 22 novembre 2013

Désir d’histoire 118

Publié 22 novembre 2013 par Sharon et Nunzi

Ma participation à Des mots, une histoire, le défi d’écriture chez Olivia. Les mots à placer étaient esprit – spectre – terme – date – ordinal – position – lotus – zen – japonais – haïku – court – long

DesMotsHistoire

Ce texte est la suite de la première lettre envoyé par Perceval McKellen à sa nièce Imogène et son inséparable ami Guillaume.

Chers Guillaume et Imogène

Merci de prendre de mes nouvelles et merci pour ce document très instructif sur l’alimentation du faucon.  Vous ne pouvez imaginer à quel point il m’a été utile.

En effet, Jonathan et Jamie, sa douce moitié (enfin… c’est ce que je disais avant de l’avoir vu) ont continué jusqu’à une date très récente à s’échanger des lettres par faucon express. Comme les réponses arrivaient de plus en plus rapidement, je me suis dit que les trajets devenaient de moins en moins longs, et qu’à court terme, nous verrions arriver la belle Jaimie.

Je ne me trompais pas. J’étais en train de lire un article très intéressant sur le devenir des chasseurs de spectres quand on sonna à la porte du Tas de Pierre.

Devant moi se tenait un grand, maigre et pâle jeune homme vêtu d’un tee-shirt noir et d’un jean déchiré. Mon premier réflexe fut de me dire qu’il devait avoir froid, vêtu ainsi, par ce temps. Mon second réflexe fut de penser que je devrais lui préparer une dizaine de sandwichs pour le remplumer. Mon troisième fut de rester zen quand il déclara :

          Cet abruti de Jonathan est là ? Non, parce que j’ai deux ou trois bricoles à lui dire.

Jonathan fut ravi, moi, nettement moins car le volume sonore de leurs échanges atteignit très vite des niveaux intolérables. Les reproches fusèrent de part et d’autre. La bienséance m’interdit de répéter la teneur de ces échanges, même si je reconnais que transpercer son rival présumé avec une fourche est fort discourtois. Tout comme assommer la vampirette qui regarde son soupirant de trop prêt avec un sapin de Noël taille XXL.

Sinon, Jonathan a tenu parole : il ne s’énerve pas plus de quatre fois par jour. Il avait juste oublié d’indiquer qu’il n’y aurait pas plus de dix minutes de pause entre chaque énervement.

En espérant vous voir bientôt en Écosse

oncle Perceval, débordé.

PS : Jules César, notre illustre écrivain, tient le choc mieux que je ne le pensais. Il est actuellement en position du lotus, et lit un recueil de haïkus. Il affirme que les japonais, il n’y a rien de tel pour se remettre les esprits en place.

PPS : le faucon express, Ordinal Hardarock III, Didi pour les intimes, vit désormais dans l’écurie du château.

chateau_fantomatique_pour_Sharon