Archives

Tous les articles pour la journée du 9 novembre 2013

Sieste

Publié 9 novembre 2013 par Sharon et Nunzi

Après une matinée épuisante, passée à jouer avec Ciboulette, nous avons bien le droit de nous reposer, non ?

DSCN0384Il n’est pas toujours facile de trouver le sommeil. Oncle Satin, lui, a fait une nuit complète, il n’a pas bougé …. du lit de Sharon. Le privilège de l’âge – il a neuf ans et trois mois – et de la convalescence.

DSCN0381

 

Les plumes d’Asphodèle – correspondance

Publié 9 novembre 2013 par Sharon et Nunzi

 Les mots à insérer sont : plume, épistolaire, échange, relation, courrier, essoufflement, assortiment, liaison, amoureux, carte, rencontrer, lettre, souvenir, distance, train, couleur, pétrifier, pantin, perpétuel.

chateau_fantomatique_pour_SharonLe Tas de Pierre
Quelque part du côté d’Inverness.

Chers Guillaume et Imogène,

Merci pour votre carte postale de Paris, elle m’a fait très plaisir. Je suis très heureux d’apprendre que le cousin de Guillaume est enfin sorti de l’hôpital. Qu’il n’ait conservé aucun souvenir de son agression est plutôt une bonne nouvelle. Se faire mordre par un vampire… mieux vaut oublier.

Pour ma part, je prends ma plume plus souvent qu’à mon tour. En effet, je rédige le courrier amoureux de Jonathan, le vampire qui nous est tombé dessus la semaine dernière. Ou j’acceptais, ou il me pétrifiait. Au train où vont les choses, j’ai préféré prendre sa menace au sérieux.  Je vous transmets un extrait de cet échange épistolaire tumultueux :

Jaimie,

Tu me manques abominablement. Chaque fois que le soleil se couche, j’éprouve le regret perpétuel de la fin de notre liaison. Je n’aime que toi, les autres ne comptaient pas. Si tu as rencontré quelqu’un d’autre,  je lui pète les deux jambes à ce pantin – tu reconnaîtras là ma clémence. Je ne le broierai ni ne l’éviscérerai, je te le promets. Je ne repeindrai pas les murs de notre chambre avec sa cervelle, même si j’en meurs d’envie. Je ne répandrai son sang partout – je sais que tu n’aimes pas la couleur rouge. Je suis tout prêt à faire des efforts, à ne plus m’énerver que quatre fois par jour, et à ne plus me foutre de ta passion pour le maquillage. Je suis même prêt à t’en offrir tout un assortiment.

Abolis les distances entre nous, reprenons notre relation là où  nous l’avons laissé, c’est à dire dans ton pieu.

Je te mords sincèrement.

Jonathan.

Nous attendons maintenant la réponse de l’intéressée par faucon express.

Je vous embrasse,

Oncle Perceval.

DSCN0308Oncle Satin a accompagné cette écriture (à gauche sur la photo).