Séjour du grand écrivain, jour 6

Publié 19 août 2013 par Sharon et Nunzi

Sixième jour :

 

La première pensée de Perceval fut pour Arthur, son beau-frère. Quand Piper avait affirmé son choix courageux d’unir sa destinée à Arthur d’Arcy, futur officier de la marine britannique, le sang de Perceval n’avait fait qu’un tour et il avait menacé de poursuivre le jeune aspirant, à grands coups de hache. Heureusement, il avait renoncé – la hache était bien trop lourde. Pourquoi cette digression ? Arthur avait affiché sur le mur du couloir les règles de la maisonnée depuis le jour fatal où il s’était trouvé nez à nez avec le petit copain de l’une de ses filles, simplement enveloppé d’un couvre-lit. Pourquoi cette seconde digression ? Parce que Jules César le secouait comme un prunier, à quatre heures du matin. Il s’imaginait déjà en train de formuler la règle n°1 : ne pas déranger les hôtes avant six heures du matin, sauf péril imminent.

         Monsieur McKellen ! Il y a un cheval dans le hangar !

Perceval grogna, grommela, se leva, se drapa dans sa dignité et sa robe de chambre, dévala les escaliers, sortit, entendit les explications de Jules, qui cherchait l’inspiration dans le jardin et avait vu ce canasson dans le hangar. 

Il entra, le vit et s’exclama :

         Vous m’avez effrayé pour rien ! Ce n’est pas un cheval, c’est une jument. Ensuite, ce n’est pas un hangar, comme le prouvent la paille et le foin, c’est une écurie. Le hangar est à droite. Cette jument appartient à ma fille Elinor – par contre, elle est certainement arrivée tardivement, et n’aura pas voulu nous éveiller. Elle sait à quel point je suis de mauvaise humeur quand je suis réveillé en pleine nuit. Il n’est guère que la cornemuse qui parvient à m’endormir.

Jules ne sembla pas comprendre la menace qui planait sur lui.

         Mais comment a-t-elle pu venir jusqu’ici ? Le cheval a-t-il nagé ?

         Non, Elinor et Mutine ont emprunté le pont.

Le grand écrivain était outré. Dire qu’on l’avait fait monter dans une barque !

         Vous vouliez de la couleur locale, vous l’avez eue ! Je retourne dans mon lit.

Au petit déjeuner, Percy accueillit Elinor, qui lui raconta ses derniers déboires – elle était venue directement de chez Jameson, son fiancé. Le van était garé près du pont, qu’elle avait traversé avec Mutine.

         Comment va Jamie ?

Perceval n’éprouvait pas une tendresse dévorante pour son futur gendre, et ses talents de comédien étaient inexistants.

         Il traverse sa quatrième crise existentielle.

Le grand écrivain les rejoignit, salua vaguement et bouda. Il remonta dans son placard, bouda à nouveau puis se remit au travail. A minuit, dans son demi-sommeil, Perceval l’entendait encore taper avec frénésie sur le clavier. Il fallait vraiment qu’il revoit l’isolation des chambres, avec ce bruit, Jules réveillerait un régiment de fantômes – mais comment isoler un château en pierre ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :