Guillaume et Imogène, chapitre 25

Publié 16 avril 2013 par Sharon et Nunzi

Mon résumé : Guillaume, aidé d’Imogène et de Rufus, cherche un moyen, une piste, n’importe quoi pour tenter d’innocenter d’un double meurtre son cousin Benjamin. Alors qu’ils n’ont strictement aucune piste, même avec la présence d’Angélique de Nanterry, fantôme bicentenaire, Guillaume apprend que Benjamin aurait tenté de se suicider.

Chapitre 25 :

Et l’attente commença. Longue, insupportable, avec Imogène à porté de voix pour  m’écouter. Au cas où j’aurai eu envie de parler. Dans une situation pareille, il faut écouter les gens, et non imaginer les consoler avec de petites phrases toutes faites.

Si j’avais su à ce moment-là que le commissaire Dravet avait eu droit à la réprimande de sa vie, je ne me serais pas senti mieux, non. Et pourtant, le juge en charge du dossier avait demandé des comptes, exigé de savoir comment le jeune homme placé en garde à vue avait pu s’ouvrir les veines de manière aussi spectaculaire.

– Je vous assure, balbutia Nicolas Dravet, qu’il a été fouillé. Je ne sais pas du tout comment il a pu se procurer un objet tranchant.

– Ni comment le susdit objet a opportunément disparu avant l’arrivée des secours ? Je vous préviens, Dravet, l’IGS vous rendra une petite visite dans la journée et je pense que ses enquêteurs trouveront une explication à cette tentative de meurtre.

– Attention, monsieur le juge, et Dravet monta sur ses ergots, je réponds de mes hommes comme de moi-même. Benjamin Berthier s’est suicidé et cette tentative sonne comme un aveu !

– Puis, après avoir sombré dans le comas, il s’est relevé, a ouvert la porte de la cellule, a jeté l’arme avec laquelle il s’est entaillé les veines si loin qu’on ne peut la retrouver ! La situation ne serait pas aussi tragique, je rirai devant tant d’absurdité. Trouvez d’autres arguments, Dravet, ne serait-ce que pour expliquer ces étranges plaies !  Ce Benjamin a une résistance à la douleur à toute épreuve, pour s’être ouvert quatre veines différentes.

Le juge d’instruction, j’allais en faire sa connaissance dans la salle d’attente de l’hôpital. Pour l’instant… Benjamin avait reçu une transfusion abondante. Les médecins réservaient leur pronostique. Mon seul avantage est que j’avais une idée assez précise de l’agresseur, ce mystérieux vampire qui avait été aperçu par Angélique en compagnie de Lucie Lambert.

– Je croyais, mon cher Rufus, que les vampires ne tuaient pas.

– Votre cousin est en vie, en sale état mais en vie. Vous pourriez remercier Dravet qui a appelé les secours en urgence et mon compatriote qui ne l’a pas complètement saigné.  Je sens votre colère, Guillaume, et j’ai une nouvelle d’importance à vous annoncer.

-Ah, oui ? Vous allez me prêter un pieu pour que j’extermine celui qui a voulu tuer Benjamin ?

– Non. D’abord parce qu’un pieu dans le coeur ne tue les vampires que dans les films. Ensuite, parce que je sais pourquoi on a tué Lucie Lambert, grâce à Angélique. –

– Ah, oui ?

Rufus ne releva pas la profondeur et la richesse de mon vocabulaire. Il énonça posément :

– Lucie Lambert a été tuée parce qu’elle était stupide. Elle a tenté de faire chanter le meurtrier de la première victime. Elle n’a pas reçu le paiement qu’elle désirait.

Restait à trouver comment remercier un vampire autrement qu’en lui donnant des conseils pour séduire une clerc de notaire écossaise et chasseuse de fantôme. Bizarrement, je n’avais pas le coeur à ça actuellement.

Publicités

3 commentaires sur “Guillaume et Imogène, chapitre 25

  • Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s

    %d blogueurs aiment cette page :